Bruxelles ne sera plus systématiquement le point de rendez-vous des jeunes du mouvement Youth for Climate, qui manifestent tous les jeudis. "Ce jeudi, ce sera Louvain. La semaine d'après, le jour de la Saint-Valentin, nous reviendrons à Bruxelles, de même que le 15 mars avec une journée d'action européenne dans 38 pays. Mais les autres jeudis, notre manifestation pour le climat aura lieu dans d'autres villes. Lesquelles? Nous devons encore le déterminer", a expliqué lundi Anuna De Wever, l'une des initiatrices des marches en Belgique. La marche prévue jeudi à Louvain est un projet d'un groupe d'élèves de trois écoles qui a reçu le soutien de toutes les écoles secondaires de Louvain et auquel Youth for Climate s'est rallié.

La police de Louvain ignore combien de personnes y prendront part. Mais le nombre de manifestants issus des écoles de la Ville devrait tourner autour de 12.000, évalue-t-elle.

La semaine dernière, la participation de nombreux enfants d'écoles primaires à Louvain avait suscité la critique, certains estimant que ceux-ci étaient "manipulés" vu leur âge. "Je ne suis pas d'accord. J'ai parlé avec beaucoup de jeunes de cet âge et je peux vous l'assurer: ils savent très bien de quoi retourne la problématique du climat", défend Anuna De Wever.

"L'idée n'est pas tellement de réunir un nombre maximal de participants, mais de permettre aux gens de se mobiliser dans plusieurs villes, tant en Flandre qu'en Wallonie et à Bruxelles", explique par ailleurs Kyra Gantois, qui a initié le mouvement des marches pour le climat avec Anuna De Wever.

"Youth for Climate appelle tout le monde à se réunir à Louvain. Mais il y aura aussi des actions organisées ailleurs par des groupes locaux. Pour que le mouvement tienne sur la durée, il faut des marches locales", ajoute Adélaïde Charlier, porte-parole francophone.

Ainsi à Arlon, des élèves de l'Institut Sainte-Marie ont mis au point un parcours en collaboration avec la direction de l'école, le bourgmestre et la police, d'après L'Avenir. D'autres marches sont annoncées, notamment à Jodoigne et Namur. A Liège, où 15.000 personnes ont marché la semaine dernière, des élèves du secondaire prévoient, après leur journée de cours, de ramasser les déchets trouvés en chemin et de déposer des sacs poubelles devant l'hôtel de Ville, rapporte Sudpresse.

Outre les manifestations, plus de 1.600 personnes se sont enregistrées sur la plateforme www.youth4climate.be, sur laquelle chacun est invité à poster ses idées pour le climat.

"Avec des experts, nous travaillons sur des plans pour une politique climatique ambitieuse et efficace. Il ne s'agit pas uniquement de manifester, même si cette prise de conscience reste très importante", souligne Anuna De Wever.