Radon, ce gaz qui peut encore (vous) surprendre

Philippe Lamotte Publié le - Mis à jour le

Planète

On croyait à peu près tout savoir sur le radon en Belgique. Inodore, incolore et indétectable sans un minimum d’équipement, ce gaz radioactif issu du sous-sol était réputé, jusqu’à présent, infiltrer principalement les habitations d’Ardenne et quelques localités relativement précises ici et là, par exemple dans la vallée de la Dyle, en Brabant wallon.

Erreur ! L’année dernière et jusqu’à ces derniers mois, les autorités provinciales et fédérales ont multiplié les coups de sonde aux quatre coins de la Wallonie (la Flandre n’est pas concernée). Et les résultats, obtenus notamment à partir d’analyses chez les particuliers, valent le détour. Car le radon, si naturel soit-il, n’est pas anodin. Il peut jouer un rôle dans la formation du cancer du poumon, le plus souvent en association avec d’autres facteurs. Selon les sources officielles consultées, il serait responsable de 450 à 740 décès annuels dans le pays.

Pour bien saisir la portée des résultats, il faut savoir que les normes, inspirées par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), recommandent de ne pas dépasser 400 Becquerels par mètre-cube dans les habitations anciennes et 200 Bq/m3 dans les constructions neuves. Les Services d’analyse des milieux intérieurs (les Sami, provinciaux) préconisent toutefois de ne pas dépasser 100 Bq/m3 dans les pièces habitées. En termes de santé, on estime que le risque de contracter un cancer augmente théoriquement de 16 % par tranche de 100 Bq/m3. Ainsi, si l’exposition passe par exemple de 100 à 500 Bq/m3, le risque de cancer est augmenté de 64 % (dans l’hypothèse toutefois où la personne passerait toute sa vie à l’intérieur).

Aussi à Namur, Tournai, Liège

Parmi les résultats récents, on a noté des valeurs, dans certaines habitations du centre de Namur, de 1000 à 1500 Bq/m3; plusieurs centaines de Bq/m3 au centre de Liège et 900 à Tournai; à Gembloux, 10 000 Bq/m3 ! Pas vraiment des localités ardennaises, tout cela

Panique à bord ? Pas si vite. Chaque fois que des sites fréquentés par le public ont été identifiés, ils ont été assainis, retombant à des valeurs dérisoires. D’une manière générale, la prévention (par exemple par des bâches spéciales) et la correction des problèmes (par la ventilation) sont, neuf fois sur dix, faciles et peu onéreuses(1), y compris chez les particuliers.

Une bonne partie de ces valeurs élevées s’explique par des aménagements humains. Ainsi, en creusant un puits ou en aménageant une cave sans précaution particulière, en ne respectant pas l’indispensable ventilation d’une maison passive, on "séquestre" le radon. Les experts ont identifié des cas où de tels aménagements servaient littéralement de pompes à radon, aspirant le radon de tout le voisinage

Autre constat : à la suite d’un microséisme, le plus souvent indétectable "à l’œil nu", un logement indemne peut soudain présenter une valeur conséquente en radon, car la géographie du sous-sol local est remodelée. Ainsi, une rue entière peut être épargnée à l’exception d’un ou deux logement(s).

Face à ce constat, une seule règle : ne pas se fier aux seules moyennes locales. Celles-ci, récemment complétées et consultables sur le site de l’Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN)(1), sont déjà bien utiles. Mais, idéalement, elles doivent être affinées par une analyse micro-locale quasiment maison par maison. L’appareillage - un petit tube - coûte une trentaine d’euros et doit être disposé à l’intérieur pendant trois mois consécutifs de la mauvaise saison. Facile, pas très cher et utile.

Philippe Lamotte

A lire également

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

  1. 1
    Jusqu'à 35 degrés attendus la semaine prochaine: vers une nouvelle vague de chaleur en Belgique ?

    La tendance se confirme: il va faire chaud à partir de la semaine prochaine, à tel point qu'une nouvelle vague de chaleur n'est pas à exclure.

  2. 2
    Plusieurs médecins tirent la sonnette d'alarme: près de 500 médicaments manquent en Belgique

    Le manque d’antibiotique Clamoxyl IV dans les hôpitaux fait réagir le secteur et le politique. En Belgique, de manière permanente, de nombreux médicaments sont indisponibles. Une indisponibilité souvent temporaire qui peut provenir d’un ...

  3. 3
    Des chercheurs ont trouvé comment venir à bout du moustique-tigre

    La combinaison de deux techniques de lutte contre le moustique-tigre s'est révélée efficace pour quasiment éliminer ces insectes vecteurs de maladies comme la dengue et le chikungunya au cours d'une étude sur deux sites tests en Chine, selon des résultats diffusés mercredi.

  4. 4
    Interview
    Greta Thunberg: "Je suis en colère contre certaines personnes qui ont échoué à prendre leurs responsabilités"

    Avant de s’exprimer à l’Assemblée le 23 juillet, la lycéenne suédoise explique à «Libération» son choix de lancer une grève de l’école pour le climat et défend la nécessité d’agir rapidement. Une assurance à toute épreuve face à l’objectif ...

  5. 5
    Une méduse de taille humaine? Oui, cela existe près de chez nous (VIDÉO)

    L'animal de taille impressionnante se trouvait dans la Manche.
    Alors qu'ils tournaient un documentaire dans le cadre d'une série en ligne, Lizzie Daly et Dan Abbott ont rencontré une méduse géante. Cette dernière nageait près des côtes ...

cover-ci

Cover-PM

Facebook