"On est devenu de la chair à canon": les médecins généralistes toujours pas suffisamment protégés face à la seconde vague de patients

En première ligne face à la seconde vague de patients, les médecins généralistes se sentent délaissés à cause du manque de protection (masques, visières, tablier, etc).

"On est devenu de la chair à canon": les médecins généralistes toujours pas suffisamment protégés face à la seconde vague de patients
©D.R.

En première ligne face à la seconde vague de patients, les médecins généralistes se sentent délaissés à cause du manque de protection (masques, visières, tabliers, etc). 

Dès le début de la crise sanitaire provoquée par l'épidémie de Covid-19,

...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet