Reprise des consultations de médecine générale dès le 4 mai

Les médecins généralistes vont pouvoir recevoir des patients à partir de lundi prochain. Mais après avis par téléphone et sur rendez-vous.

"La médecine par téléphone et le filtre par téléphone ont leurs limites”, témoigne Francis Caignet, médecin généraliste depuis près de 40 ans dans la région de Charleroi. Jusqu’au 12 mars, il voyait encore près de 100 patients par semaine. Aujourd’hui, c’est environ un à deux par jour – “quand un patient me téléphone et me dit qu’il a mal au ventre, je n’ose pas le laisser dans la nature en lui disant ‘rappelez-moi demain’” –, le reste de ses consultations se faisant par téléphone (en moyenne une vingtaine par jour). Annoncée par le Conseil national de sécurité (CNS) vendredi, la reprise graduelle des soins à partir du 4 mai est donc “une bonne chose” estime le Dr Caignet. Qui n’oblitère toutefois pas certaines interrogations, notamment en matière de protection et d’organisation des consultations à venir.

“Éviter une troisième vague de surmortalité”

Pour le docteur Thomas Orban, président du Collège de la médecine générale francophone de Belgique, “tous les patients doivent finir par être revus : les patients chroniques ainsi que les personnes qui ont des symptômes inhabituels qui apparaissent”. “Il faut retravailler le plus normalement possible. C’est une évidence,assure-t-il. Sinon on va payer ça par une 3e vague, non pas de Covid, mais de surmortalité liée au manque de soins, soit de soins aigus (des gens qui vont mourir d’une péritonite alors que c’était une simple appendicite mais ils sont venus trop tard) soit de patients qui vont décompenser”

Comment cela se passera-t-il pour se rendre chez son médecin généraliste à partir de lundi ? L’appel téléphonique demeure la première étape. Ensuite, le praticien déterminera vers quel “trajet” de soins guider le patient. En cas de suspicion de Covid, si le malade doit être examiné, il devra se rendre dans un centre de tri ou un service d’urgences. Quant aux patients qui ne présentent pas de symptômes Covid, ils pourront être reçus au cabinet de leur médecin généraliste.

Pour que ces consultations puissent redémarrer dans les meilleures conditions possibles, “des documents vont être fournis aux médecins généralistes pour leur donner des conseils”, indique le Dr Orban. Par exemple, il leur est recommandé de ne consulter que sur rendez-vous afin de limiter le nombre de patients en salle d’attente. La sécurité des soignants et des patients doit également être assurée : masques de protection, gel hydroalcoolique, désinfection du cabinet… “Ces conseils porteront aussi sur la manière de faire, y compris sur celui qui prendra le téléphone : comment peut-il s’assurer que le patient n’est pas Covid, avec toutes les questions à poser.” Et de conclure : “Tous ces documents sont prêts et seront publiés avant le 4 mai. Donc, pas de panique”.

Reprise des consultations de médecine générale dès le 4 mai
©.

Sur le même sujet