Le virologue Steven Van Gucht : "Les chiffres sont en fait très bons"

Le virologue et président du Comité Scientifique a commenté les résultats du bulletin épidémiologiste de ce mardi au micro de VTM.

A.M
Le virologue Steven Van Gucht : "Les chiffres sont en fait très bons"
©BELGA

S'il n'y avait pas de conférence de presse ce mardi, le virologue et président du Comité scientifique a quand même commenté les chiffres du dernier bulletin épidémiologiste au micro de VTM.

Les chiffres donnés lors du bilan journalier de la pandémie de coronavirus dans notre pays sont-ils suffisamment bons pour entrer dans la phase suivante de déconfinement qui consiste, entre autres, à rouvrir les magasins le lundi 11 mai? "Je pense que oui", a indiqué le virologue Steven Van Gucht au micro du journal télévisé de la chaîne néerlandophone VTM.

Dans leur globalité, "les chiffres sont en fait très bons aujourd'hui", a-t-il avancé. "Je pense que nous profitons encore de l'effet du week-end, donc les chiffres pourraient encore augmenter mercredi et jeudi (...) Je ne pense pas que nous aurions pu attendre beaucoup mieux des chiffres ces jours-ci."

Au niveau du nombre de personnes infectées par le virus, là aussi, les chiffres baissent fortement dans notre pays par rapport à la semaine dernière. Alors que nous étions encore à 650 nouvelles infections en une journée il y a quelques jours, le nombre a fortement diminué depuis. "Avec 242 nouvelles infections aujourd'hui, je pense que nous détenons le chiffre le plus bas dans ce domaine depuis que nous avons commencé à faire des rapports", a expliqué Van Gucht.

Or, le nombre de tests pratiqués a fortement augmenté, ce qui aurait dû entraîner une hausse du nombre de cas positifs détectés. Ce faible nombre d'infections "est une bonne chose, car cela donne également plus de perspectives pour le traçage des contacts", a ajouté le responsable de Sciensano. "Cela signifie qu'il est possible de retrouver plus facilement avec qui les personnes infectées ont eu des contacts et de leur demander ensuite de s'isoler pendant un certain temps, de manière à ce qu'elles n'infectent pas de nouvelles personnes à leur tour. Moins il y a de nouvelles infections par jour, plus il est facile de le faire."

Le virologue a affirmé ensuite qu'environ 150 des nouvelles infections proviennent de la population en général. Le reste proviendrait des maisons de repos. "Cela concerne donc encore pas mal de gens de la population." 

Sur le même sujet