Coronavirus: les pangolins auraient été accusés à tort, le vrai coupable serait... le vison!

Et si les pangolins avaient été accusés à tort d'avoir provoqué la pandémie de coronavirus que nous subissons depuis presque un an?

Coronavirus: les pangolins auraient été accusés à tort, le vrai coupable serait... le vison!
©Bernard Demoulin

Selon les travaux de chercheurs néerlandais, le petit mammifère à écailles et en voie de disparition pourrait avoir déclaré coupable à la place d'un autre animal bien plus commun dans nos régions : le vison. 

Nous ne savons toujours pas précisément comment le virus a été transmis à l'homme. L'hypothèse la plus probable actuellement est que le virus responsable de la covid-19 était présent depuis un moment chez les chauves-souris, qui ont transmis à leur tour le virus à un autre animal. Au fil du temps et des contacts entre animaux et humains, le virus aurait évolué pour provoquer la situation que nous connaissons actuellement. 

Reste pour les scientifiques à déterminer quel est ce fameux "autre animal." Depuis le début de la pandémie, le pangolin est  présenté comme l'intermédiaire entre les chauves-souris et les humains. Mais des recherches récentes estiment que les souches de coronavirus prélevées sur ce mammifère en danger d'extinction sont trop éloignées du SARS-CoV-2 pour en faire le coupable idéal. Selon une étude publiée dans Science qui porte sur les 16 premiers élevages de visons touchés par le virus, le sympathique mustélidé représente un suspect bien plus crédible. Les chercheurs ont en effet détecté sur les visons hollandais des souches du virus portant la fameuse mutation D614, le variant le plus présent en Europe, alors que d'autres visons présentent le même profil que le variant qui a infecté les premières personnes à Wuhan.
Les scientifiques ont également constaté que 68% des employés des élevages étudiés ont contracté le covid.

Les élevages de visons rassemblent plusieurs caractéristiques qui peuvent expliquer leur rôle de propagateur du virus : dans certaines fermes, la densité d'animaux est très importante. De plus, les visons peuvent éternuer, ce qui facilite la propagation des maladies respiratoires comme le covid-19 entre les animaux et les humains. Il est encore un peu tôt pour pouvoir conclure de manière formelle que les visons sont à l'origine de la pandémie mondiale. Mais selon l'OMS, la question doit être éclaircie.  La Chine vient d'ailleurs de donner son autorisation aux scientifiques de l'OMS pour enquêter sur son territoire, en espérant qu'ils puissent rassembler assez d'indices pour désigner enfin le vrai coupable et rétablir l'honneur du pangolin injustement bafoué.

Sur le même sujet