Covid-19: le patron de l'OMS veut une nouvelle enquête sur une éventuelle fuite de laboratoire à Wuhan

Le patron de l'OMS a réclamé mardi une nouvelle enquête avec des experts spécialisés sur l'hypothèse d'une fuite du virus ayant provoqué la pandémie de Covid-19 d'un laboratoire en Chine et critiqué le manque d'accès aux données brutes des experts internationaux.

Covid-19: le patron de l'OMS veut une nouvelle enquête sur une éventuelle fuite de laboratoire à Wuhan
©AFP
Ch.Ly.

'"Toutes les hypothèses restent sur la table. Ce rapport est un début très important, mais pas la fin." Le patron de l‘OMS a réclamé mardi une nouvelle enquête sur l’émergence de virus SARS-Cov-2 en Chine, notamment sur l'hypothèse d'une fuite du virus au sein d’un laboratoire de Wuhan que ses experts ont pourtant déclaré "extrêmement improbable".

"L’équipe a visité plusieurs laboratoires à Wuhan et analysé la possibilité que le virus soit entré dans la population humaine à cause d’un incident de laboratoire", a déclaré mardi Tedros Adhanom Ghebreyesus lors du briefing qu'il a fait aux pays membres sur le rapport de l’OMS publié officiellement mardi. "Cependant, je ne crois pas que cette évaluation soit assez étendue. Des données et des études supplémentaires sont nécessaires pour atteindre des conclusions plus solides."

Le patron se dit prêt à déployer de nouveaux experts à Wuhan, malgré le fait que ceux qui sont allés à Wuhan du 14 janvier au 10 février derniers estiment qu’une fuite de laboratoire est l’hypothèse la plus improbable.

Fuite d'un laboratoire : le "pour" et le "contre"

Le rapport – rédigé dans un langage très technique sur 120 pages - évoque cette possibilité dans ses dernières feuilles.

Un argument en faveur de la fuite pourrait être le fait que l’Institut de virologie de Wuhan a séquencé un virus très proche (à 96,2%) du Covid-19 et que le Wuhan Centre for Disease Control (CDC), parfois confondu avec l’Institut, a déménagé le 2 décembre 2019 près du marché de Huanan, où plusieurs cas de contaminations ont été observés.

Parmi les arguments contre une fuite, le rapport souligne que les trois laboratoires de Wuhan ont des niveaux de sécurité "de haute qualité", n’ont pas travaillé sur des coronavirus transmis par la chauve-souris avant la pandémie et qu’aucun de leur personnel n’a été atteint par le virus en décembre 2019.

Plus d'infos demandées à la Chine

Le patron de l’OMS demande aussi des études complémentaires sur d’autres sujets, notamment sur le commerce des animaux dans les marchés de la région de Wuhan et le rôle éventuel des animaux de ferme dans la transmission du virus. L’OMS soupçonne des animaux – par exemple le blaireau-furet – d’avoir amené le virus des chauves-souris à l’homme. L'étude privilégie cette thèse. Ils n'écartent par ailleurs pas l'hypothèse d'une transmission par de la viande surgelée - piste privilégiée par Pékin -, jugeant ce scénario "possible".

Tedros Adhanom Ghebreyesus demande enfin aux Chinois de permettre l’accès à plus de données. Le virus a été détecté pour la première fois en Chine le 8 décembre 2019. L’OMS demande d’avoir accès aux échantillons biologiques "depuis au moins septembre 2019" pour vérifier si la maladie n’était pas présente à Wuhan auparavant.