Des pis de vache, des personnes étrangement chanceuses et un médecin qui s'attire les foudres de l'Eglise: retour sur la première grande campagne de vaccination

Alors que de nombreuses personnes succombent de la variole dans la seconde moitié du 18ème siècle, un médecin de campagne britannique constate qu'une certaine partie de la population ne développe jamais de forme sévère de la maladie. Décidé à découvrir les raisons de cette étrange immunité, Edward Jenner comprend rapidement qu'il a peut-être devant lui la clé pour protéger ses concitoyens du fléau qu'est la variole. Dans le cadre de son dossier "Il était une fois", LaLibre.be retrace l'histoire de ce que l'on considère être la première grande campagne de vaccination.

Des pis de vache, des personnes étrangement chanceuses et un médecin qui s'attire les foudres de l'Eglise: retour sur la première grande campagne de vaccination
©Wikimedia Commons
Fièvre, symptômes grippaux, éruptions cutanées… Ces maux, dont beaucoup de gens souffrent au XVIIIème siècle, ne laissent rien présager de bon. Et pour cause, ils indiquent la plupart du temps que le patient est atteint de la variole, une maladie qui s’avère mortelle dans un cas sur cinq. Si tout le monde n'en meurt pas, beaucoup des personnes atteintes restent défigurées jusqu’à la fin de leur vie. Les médecins s’arrachent...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet