Selon une étude, les récompenses matérielles ne motivent pas les indécis à l'égard des vaccins

Les récompenses matérielles n'ont aucun effet motivant sur les personnes indécises à l'égard des vaccins contre le Covid-19 ou opposées à ceux-ci.

Selon une étude, les récompenses matérielles ne motivent pas les indécis à l'égard des vaccins
©AFP
Belga

Elles sont au contraire perçues comme un appât ou un moyen de pression. À l'inverse, les hésitants et les réfractaires souhaitent pouvoir prendre une décision à leur propre rythme et demandent donc de la patience, révèle mercredi une étude menée par le psychologue Maarten Vansteenkiste de l'UGent auprès de plus de 14.000 personnes. Pour autant, toutes les incitations externes ne sont pas perçues comme démotivantes. Les hésitants et les réfractaires ne ressentent pas cette pression à l'évocation du certificat sanitaire européen, et en particulier de la possibilité de présenter un test PCR négatif comme une alternative à part entière à la vaccination.

Les chercheurs de l'UGent, dirigés par M. Vansteenkiste, se sont concentrés sur les personnes indécises à l'égard des vaccins, dans la perspective où ces personnes seront nécessaires pour atteindre une immunité de groupe et où les épidémiologistes recommandent désormais d'atteindre le seuil de 85 à 90% de personnes vaccinées, depuis l'apparition du variant Delta.

Les individus vaccinés pensent que toutes les stratégies de motivation peuvent être utilisées afin de persuader les indécis de se faire inoculer une dose de sérum anti-Covid-19. Ils sont beaucoup moins enclins à suivre le rythme des hésitants et sont plus favorables à rendre la vaccination obligatoire et à accorder des privilèges uniques aux personnes prémunies contre le coronavirus, selon l'étude de l'université gantoise.

M. Vansteenkiste plaide en faveur de conversations en tête-à-tête avec un professionnel de la santé et de la diffusion d'informations ciblées pour encourager les indécis à se faire vacciner. Un style de communication "favorisant l'autonomie" est considéré comme plus efficace qu'un style de conversation "coercitif". "Des dispositions devraient être prises pour que les professionnels de la santé reçoivent une formation à ce style de communication", souligne-t-il. Et de mentionner en outre qu'il vaut mieux suivre "le rythme des hésitants afin qu'ils puissent eux-mêmes prendre une décision éclairée".

Contrairement à d'autres pays, la Belgique ne délivre pas de récompenses matérielles ou de passeport vaccinal comportant des privilèges uniques à destination des personnes immunisées. M. Vansteenkiste demande de s'en tenir à cette stratégie. "Ne tombez pas dans le piège de la récompense", conseille-t-il.

Par ailleurs, la disposition à la vaccination dans notre pays est assez bonne. Chez les moins de 35 ans, le groupe d'âge qui est invité à recevoir sa première dose en ce moment, elle est passée de 65% en avril à 73% en juin. Si les personnes prémunies contre le coronavirus sont incluses, 82% des individus interrogés sont soit vaccinés, soit disposés à l'être.

Sur le même sujet