Faut-il craindre le nouveau variant "delta plus" déjà présent dans plusieurs pays européens et au sujet duquel l'Inde a tiré la sonnette d'alarme ?

Le gouvernement indien a appelé les régions où la mutation avait été détectée à prendre rapidement des mesures strictes.

Faut-il craindre le nouveau variant "delta plus" déjà présent dans plusieurs pays européens et au sujet duquel l'Inde a tiré la sonnette d'alarme ?
©AP
M.R.

Si la situation épidémiologique semble au beau fixe dans un grand nombre de pays, certains voient au contraire leur nombre de contaminations augmenter de façon constante. C'est le cas notamment du Royaume-Uni, où le gouvernement a été forcé de postposer le déconfinement. En grande partie responsable de ce rebond épidémique, le variant delta (appelé autrefois variant indien) dont la présence en Europe ne cesse d'augmenter. A un point tel qu'il devrait devenir dominant sur le Vieux Continent d'ici le mois de juillet. A cette perspective qui inquiète les autorités européennes, vient désormais s'ajouter l'arrivée d'une nouvelle mutation du coronavirus: le variant dit "delta plus". C'est le gouvernement indien qui a tiré la sonnette d'alarme mardi au sujet de ce virus qui serait à la fois plus transmissible et capable de mieux s'accrocher aux cellules du poumon.

Par voie de communiqué de presse, le ministre de la Santé du pays a détaillé les spécificités de cette mutation du variant delta, repérée pour la première fois par l'agence sanitaire anglaise et épinglée dans son rapport du 11 juin, comme l'expliquent nos confrères de Libération. "Le variant Delta Plus est caractérisé par la mutation K417N sur la protéine Spike", a expliqué le ministre indien. Quelque 40 cas auraient actuellement été détectés en Inde. Mais il ne s'agit pas là du seul pays où le variant se propagerait actuellement. Neuf autres nations, dont le Canada, les Etats-Unis, le Portugal et la Suisse, ont rapporté des contaminations au variant "delta plus".


Plus dangereux que le variant delta ?

Les autorités indiennes ont pris très au sérieux l'arrivée de cette nouvelle mutation, estimant qu'elle pouvait présenter un réel danger pour la santé publique. Le pays a ainsi demandé aux régions où étaient constatées des contaminations au "delta plus" de "prendre des mesures de confinement immédiates". Le gouvernement a également appelé à ce que l'accent soit mis sur le dépistage, le contact tracing et la vaccination.

Mais un virologue britannique a tout de même tenu à nuancer les propos du gouvernement indien. "Nous n'avons pas vraiment de raisons de croire qu'il est plus dangereux que le delta d'origine", a précisé Jeremy Kamil sur le plateau de la BBC. Insistant sur la nécessité de collecter davantage de données avant de pouvoir se prononcer définitivement, l'expert a toutefois rassuré quant à la virulence de la mutation. Selon ce dernier, même si elle pourrait éventuellement davantage se transmettre chez les personnes qui ont déjà été infectées, elle ne devrait pas mettre en danger ceux qui ont déjà reçu les deux doses du vaccin.

Sur le même sujet