Coronavirus dans le monde: Sydney reconfiné, le variant Delta inquiète en Europe

Le point sur la pandémie dans le monde.

AFP

Europe

Rebond au Portugal

Au Portugal, le variant Delta, qui a provoqué un rebond des contagions, représente officiellement plus de 51% des nouveaux cas et même plus de 70% dans la région de Lisbonne.

Ce pays a décidé de resserrer les restrictions dans les municipalités les plus touchées comme sa capitale, dans laquelle les horaires et la capacité d'accueil des restaurants et des commerces ont de nouveau été réduits.

Russie

La ville de Moscou a annoncé dimanche un nombre record de décès dus au coronavirus ces dernières 24 heures, signe d'une situation qui ne cesse de se dégrader en Russie, frappée de plein fouet par le variant Delta.

Selon les données officielles reprises par les agences de presse russes, Moscou a enregistré 144 morts en 24 heures, le pire bilan depuis le début de la pandémie. Samedi, c'était la deuxième ville du pays, Saint-Pétersbourg, qui avait affiché un record du nombre de décès avec 107 morts.

France

En France, deux malades sont morts du variant Delta dans le sud-ouest. Les autorités sanitaires locales ont annoncé "un plan d'action immédiat" pour "éviter une reprise épidémique".

L'heure reste pour l'instant cependant à l'allègement des restrictions dans plusieurs pays d'Europe.


Espagne

En Espagne, le masque n'est plus obligatoire à l'extérieur depuis samedi.

A Madrid, la plupart des gens le gardaient cependant encore. "Je sais que je suis protégé, mais nous pouvons toujours être contagieux, donc toute mesure de sécurité est bonne", a confié à l'AFP Eduardo Marin Valdez, un enseignant de 59 ans vacciné.

Suisse

La Suisse a aussi décidé de lever ce samedi une bonne partie des restrictions encore en place, notamment le port du masque à l'extérieur.

Italie

En Italie, c'est lundi que les masques pourront tomber à l'extérieur.

Royaume-Uni

Situation très différente au Royaume-Uni, où des milliers de personnes ont manifesté samedi dans le centre de Londres pour dénoncer les restrictions face au Covid, après le report à juillet de la levée des dernières d'entre elles en raison d'une hausse du nombre des contaminations.

C'est dans ce contexte, que le ministre britannique de la Santé Matt Hancock, une figure-clé de l'action gouvernementale contre la pandémie, a annoncé samedi sa démission pour avoir enfreint les règles mises en place face au Covid dans le cadre d'une liaison avec une conseillère, révélée par un tabloïd.

Asie

Situation dangereuse au Bangladesh

Confronté à une augmentation "dangereuse et alarmante" du nombre des cas de contamination par ce variant, le Bangladesh va imposer un nouveau confinement extrêmement sévère à partir de lundi.

Thaïlande

La Thaïlande a décrété des mesures de restriction pour Bangkok et sa banlieue afin de lutter contre une nouvelle vague de Covid-19, avec notamment la fermeture des restaurants et des chantiers de construction. Le pays a réussi à maintenir les infections à un niveau très faible pendant toute l'année 2020 grâce à des restrictions de voyage draconiennes et à un isolement rapide des cas positifs.

Mais, depuis avril, le royaume connait une vague épidémique sans précédent après l'apparition d'un foyer de contamination lié à des clubs huppés de la capitale.

Depuis, les autorités thaïlandaises sont dépassées par un pic d'infections touchant le système carcéral, un des plus surpeuplés au monde, ainsi que parmi les travailleurs migrants employés dans le secteur de la construction et des services.

Le gouvernement a annoncé samedi que les nouvelles restrictions entreraient en vigueur lundi pour une durée d'un mois.

A Bangkok et dans sa périphérie, les chantiers de construction seront fermés et les travailleurs auront interdiction de les quitter, les restaurants ne pourront faire que de la vente à emporter et les rassemblements seront limités à 20 personnes maximum.

Des points de contrôle seront mis en place dans les provinces les plus méridionales du pays, Narathiwat, Pattani, Yala et Songkhla.

Seules les personnes munies d'une lettre faisant état des motifs de leur déplacement pourront en sortir ou y entrer.

Ces nouvelles restrictions interviennent à quelques jours du lancement, le 1er juillet, d'un projet pilote qui doit permettre aux touristes vaccinés contre le Covid-19 de séjourner, sans effectuer de quarantaine, sur la populaire île de Phuket, une mesure visant à relancer le secteur vital du tourisme, très affecté par la pandémie.

Le gouvernement thaïlandais est critiqué pour sa gestion de la crise, et notamment de la campagne de vaccination qui se déploie lentement.

Indonésie: plus de 21.000 contaminations en un jour, un record pour le pays

L'Indonésie, pays actuellement le plus touché par le Covid-19 en Asie du Sud-Est, a enregistré dimanche un nouveau record quotidien de contaminations avec plus de 21.000 nouveaux cas alors que les hôpitaux sont débordés. Au total, l'Indonésie décompte depuis le début de la pandémie plus de 2,1 millions de cas avec 57.138 morts. Mais les chiffres réels sont estimés bien supérieurs en raison du faible nombre de tests réalisés.

Le nombre de contaminations a explosé dans le pays ces dernières semaines, après les déplacements effectués par des millions de personnes en mai pour rejoindre leurs proches au terme du mois de jeûne musulman de ramadan. Parallèlement, les autorités ont identifié la présence de nouveaux variants du virus très contagieux.

"Nous avions prévu qu'il y ait une augmentation du nombre de cas", a expliqué la porte-parole de l'équipe chargée de la lutte contre le Covid-19, Siti Nadia Tarmizi. "Le pic est attendu d'ici les deux ou trois prochaines semaines".

Les craintes d'une défaillance généralisée du système de santé indonésien vont croissant et des informations de presse signalent des cas de malades renvoyés par des hôpitaux débordés.

Dans la capitale Jakarta, durement touchée, ainsi que dans l'Ouest et le centre de Java, les malades affluent dans les hôpitaux, y compris ceux porteurs du variant Delta du virus, identifié pour la première fois en avril en Inde.

Le gouvernement indonésien, fréquemment accusé de réponde de manière inadaptée à la pandémie, s'est résolu à renforcer temporairement les restrictions aux déplacements mais sans imposer jusqu'à présent de confinements stricts.

Le pays vise la vaccination de plus de 180 millions de ses 270 millions d'habitants d'ici le début de l'année prochaine mais à l'heure actuelle environ 5% seulement de la population est vaccinée.

Samedi, le gouvernement a annoncé avoir atteint son objectif de vacciner plus d'un million de personnes en un seul jour.

Afrique

L'Afrique du Sud durcit les restrictions pour lutter contre le variant Delta

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa a annoncé dimanche de nouvelles restrictions dans le pays, le plus touché sur le continent, pour faire face à la forte hausse des contaminations au coronavirus, provoquées par le très contagieux variant Delta.

Le pays, qui subit de plein fouet une troisième vague, est "confronté à une résurgence massive des contaminations", a déclaré le chef d'Etat lors d'une allocution télévisée, qui a dressé un tableau très noir de la situation.

"Nos services de santé travaillent à l'extrême limite de leurs possibilités (...), il n'y a que très peu de lits disponibles en réanimation", a-t-il ajouté, avant d'annoncer que l'Afrique du Sud se trouvait désormais au stade 4 d'alerte sanitaire, le dernier avant le confinement.

"Tous les rassemblements - qu'ils soient en intérieur ou en extérieur - sont interdits", à l'exception des enterrements, avec un maximum de 50 personnes pouvant y assister, a poursuivi Cyril Ramaphosa, précisant que les ventes d'alcool étaient désormais interdites.

Le couvre-feu déjà en vigueur a été rallongé d'une heure, de 21H00 (19H00 GMT) à 04H00 (02H00 GMT).

"Nous sommes confrontés à une vague dévastatrice dont tout indique qu'elle sera pire que les précédentes", a souligné le président.

L'Afrique du Sud a enregistré officiellement dimanche 15.036 nouvelles contaminations, un record pour l'année 2021. Au total, 1,9 million de personnes ont été atteintes par le Covid, dont 59.900 qui en sont décédées, pour une population de 58 millions d'habitants.

Le variant Delta, très contagieux, est à l'origine de la hausse importante des contaminations au coronavirus en Afrique du Sud, avaient annoncé samedi des scientifiques.

Le variant Delta, apparu pour la première fois en Inde, "semble désormais dominer les infections en Afrique du Sud", avait indiqué Tulio de Oliveira, un des principaux experts en virologie du pays, lors d'une conférence de presse.

Avec près de 60% du nombre total d'infections, le Gauteng, poumon économique du pays et province la plus peuplée, qui abrite notamment la capitale administrative Pretoria et le centre financier de Johannesburg, est l'épicentre actuel de l'épidémie.

Les hôpitaux y sont dans une situation difficile et les autorités sanitaires ont commencé à évacuer des patients vers des zones moins touchées.

La campagne de vaccination a démarré avec difficultés en février, et seules 2,4 millions de personnes sont jusqu'à présent intégralement vaccinées.

Identifié pour la première fois en Inde, le variant Delta est désormais présent dans au moins 85 pays, selon l'OMS.

Océanie

Australie

Les habitants de Sydney se sont réveillés confinés dimanche, une mesure prise pour juguler une flambée de nouveaux cas de coronavirus causée par le variant Delta, plus contagieux, qui inquiète partout dans le monde, notamment en Russie où Saint-Pétersbourg a annoncé un nombre record de morts.

Identifié pour la première fois en Inde en avril, le variant Delta est désormais présent dans au moins 85 pays, selon l'OMS, faisant craindre, malgré les campagnes de vaccination, de nouvelles vagues de la pandémie qui a déjà fait près de quatre millions de morts.

En Australie, après avoir décrété vendredi le confinement de quatre quartiers du centre de Sydney, les autorités ont décidé samedi d'élargir, pour deux semaines, la mesure à l'ensemble de la métropole, la plus importante du pays avec cinq millions d'habitants.

"Aujourd'hui, on a juste l'impression d'un nouveau coup de pied pendant que l'on se relève lentement", explique Chris Kriketos, 32 ans, qui travaille dans une boulangerie du centre de Sydney.

Dans ce pays, qui a jusqu'à maintenant plutôt bien contenu la propagation du Covid-19, plus de 110 personnes ont été testées positives cette semaine.

"Etant donné la contagiosité de cette souche du virus, nous prévoyons que dans les prochains jours, le nombre de cas va probalement croître au delà de ce que nous voyons aujourd'hui", a déclaré la Première ministre de l'Etat de Nouvelle-Galles du Sud, Gladys Berejiklian.

Si l'Australie a été parmi les pays qui ont le mieux contrôlé l'épidémie avec seulement 910 décès pour 25 millions d'habitants, le gouvernement est désormais critiqué pour la lenteur de la vaccination, avec environ 7,2 millions de doses administrées et une faible proportion ayant reçu les deux injections.

Face à cette situation, la Nouvelle-Zélande a suspendu samedi pour trois jours la "bulle aérienne" permettant les vols sans quarantaine avec l'Australie.

Le ministre néo-zélandais chargé de la lutte contre le Covid-19, Chris Hipkins, a déclaré que cette suspension donnerait aux responsables le temps d'envisager des mesures en vue de "rendre la bulle plus sûre, comme des tests avant le départ pour tous les vols" entre les deux pays.