La majorité des effets indésirables signalés après le vaccin considérés comme peu grave

L'Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (AFMPS) a reçu, depuis le début de la campagne de vaccination en décembre, 21.677 notifications d'effets indésirables après l'administration d'un vaccin contre le Covid-19, ressort-il jeudi de son aperçu hebdomadaire.

La majorité des effets indésirables signalés après le vaccin considérés comme peu grave
©AFP
Belga

Plus de 63% d'entre eux sont considérés comme "non graves". Quiconque ressent un effet indésirable après avoir reçu un sérum contre le coronavirus est invité à le notifier via un formulaire en ligne disponible sur le site de l'AFMPS. Depuis décembre, l'agence fédérale a reçu 21.677 rapports alors que durant cette période (jusqu'au 29 juin inclus), plus de 6,9 millions de doses ont été administrées.

Parmi ces effets indésirables, 63% sont considérés comme "non graves" tandis que 31% ont entraîné une incapacité de travail ou de quitter le domicile. Les hospitalisations représentent 2% des notifications à l'AFMPS, tout comme un "événement médical significatif".

Les décès représentent moins de 1% des effets signalés à l'agence fédérale. Si 186 signalements concernent des personnes qui n'ont pas survécu, l'AFMPS estime que quatre morts seulement sont "probablement" liées au vaccin. Il s'agit d'un cas de syndrome d'hyperperméabilité capillaire et d'un de thrombocytopénie immunitaire, probablement liés à l'injection de Vaxzevria (AstraZeneca). Les deux autres décès sont consécutifs à un syndrome associant une thrombose et une thrombocytopénie, l'un après une vaccination par Janssen et l'autre par AstraZeneca.

L'AFMPS a enregistré 6.909 signalements reçus dans la base de données européenne de pharmacovigilance EudraVigilance. La grande majorité d'entre eux concernaient de la fièvre, des douleurs musculaires, un malaise et des réactions au point d'injection, qui disparaissent généralement après quelques jours. Pour les sérums à ARN messager (Pfizer et Moderna), les effets apparaissent généralement après la seconde piqûre tandis que le vaccin développé par AstraZeneca semble avoir davantage d'impact après la première dose. L'AFMPS considère que 4.636 rapports sont graves, généralement car ils ont entraîné une incapacité de travail temporaire ou une impossibilité de quitter son domicile.

L'AFMPS signale par ailleurs que désormais son aperçu des effets indésirables après l'administration d'un vaccin contre le Covid-19 sera publié toutes les deux semaines et non plus de manière hebdomadaire.