Donner son sang dès 16 ans ? Une idée qui fait son chemin

Visant à augmenter le nombre de donneurs, une proposition de résolution sera déposée ce vendredi au Sénat.

placeholder
© MAXPPP

Périodiquement, et particulièrement pendant les périodes de vacances, la Croix-Rouge de Belgique francophone lance des appels au don de sang et de plasma, preuve que les réserves actuelles sont critiques. Alors que les besoins persistent dans les hôpitaux, les donneurs manquent toujours manifestement. On estime généralement que 70 % des Belges auront, un jour ou l’autre dans leur vie, besoin d’un produit sanguin. Or, seuls 3 % de nos concitoyens en donnent réellement…

D’où l’intérêt de la proposition de résolution visant à l’augmentation du nombre de donneurs de sang volontaires, qui sera déposée et prise en considération ce vendredi, lors de la séance plénière - la dernière avant les vacances - du Sénat. Déposée par Gaëtan Van Goidsenhoven (MR), la proposition de résolution est cosignée par six autres sénatrices et sénateurs MR, ainsi que par des représentants du PS, d’Écolo-Groen et de l’Open VLD. "Cela se fera de manière tacite, sans débat, vu que l’urgence ne sera pas demandée sur ce point, nous a-t-on précisé. La suite, ce sera l’examen en commission et, si tout va bien, un retour en plénière in fine."

Les demandes figurant dans la proposition de résolution

Pour garantir la sécurité sanitaire tant du donneur que du receveur, le don de sang est strictement réglementé par de nombreuses conditions dont les principales à remplir pour être donneur sont d’être en bonne santé, avoir une masse de minimum 50 kg, être âgé d’au moins dix-huit ans et ne pas présenter de risque de transmission des maladies par le sang.

Si depuis 2019 il n’y a plus de limite d’âge supérieur pour donner son sang, l’âge minimum requis est toujours aujourd’hui de 18 ans. "Étant donné les risques de manque ponctuel de poches de sang, plasma et plaquettes, étant donné l’absence de contre-indication médicale apparente à la possibilité éventuelle de donner son sang dès l’âge de seize ans, considérant l’intérêt de conscientiser dès le plus jeune âge les enfants et adolescents, compte tenu du caractère volontaire et gratuit du don de sang", les signataires de la proposition de résolution demandent au gouvernement fédéral d’"abaisser, sur une base scientifiquement établie, de dix-huit à seize ans l’âge légal permettant à un citoyen de donner son sang".

Par ailleurs, "étant donné que nombre d’individus homosexuels masculins confrontés à l’exclusion du don de sang vivent celle-ci comme une injustice et une discrimination et considérant les dispositions techniques permettant aux hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes (HSH) de donner du plasma (frais congelé ou de fractionnement) sans porter atteinte à la sécurité du receveur", les sénateurs cosignataires demandent notamment d’"abaisser de douze à quatre mois le délai d’attente pour tout homme ayant eu une relation sexuelle avec un autre homme lorsqu’il s’agit de récolter par aphérèse du plasma destiné au fractionnement".

Enfin, dans cette proposition de résolution, on peut encore lire qu’il est demandé de "continuer à interdire la rétribution des dons de sang, plasma et plaquettes ; sensibiliser davantage ; travailler, en concertation avec les organismes agréés, à une meilleure reconnaissance des donneurs et à l’Union européenne de réactualiser les critères d’exclusion du don de sang, en pointant notamment la situation des personnes ayant résidé durant un an au Royaume-Uni entre 1986 et 1996 ou encore les personnes ayant guéri d’un cancer".