Coronavirus dans le monde: Israël menace d'interdire les lieux publics aux personnes non vaccinées, l'Italie renforce les règles sanitaires

Coronavirus dans le monde: Israël menace d'interdire les lieux publics aux personnes non vaccinées, l'Italie renforce les règles sanitaires
© AFP
Belga

Le Premier ministre israélien Naftali Bennett a annoncé jeudi que tous les résidents d'Israël non vaccinés seront "bientôt" interdits de tous les lieux publics accueillant 100 personnes ou plus, relatent des médias israéliens. Cette interdiction s'appliquera à l'intérieur comme à l'extérieur, et inclura les synagogues. M. Bennett a également annoncé qu'à partir du 8 août, les personnes ne seront autorisées à entrer dans les théâtres, les stades ou les lieux de culte que si elles présentent une preuve de vaccination, une preuve qu'elles ont guéri du Covid-19 ou un test négatif. De cette manière, le gouvernement espère encourager les personnes non vaccinées à se faire traiter.

Les personnes qui refusent le vaccin "sapent les efforts de chacun d'entre nous", a déclaré M. Bennett dans une allocution télévisée. "Si tout le monde se fait vacciner, la vie peut reprendre son cours normal. Mais si un million de personnes refusent, les huit autres millions devront subir des mesures d'isolement."

Plus de 56 % des 9,3 millions d'habitants d'Israël ont reçu deux doses du vaccin Pfizer/BioNTech.

Le ministère de la santé a enregistré 1.336 nouvelles infections jeudi. La plupart des nouveaux cas du mois dernier ne présentaient que des symptômes légers, mais au moins 73 personnes ont présenté des symptômes de maladie grave.

L'Italie renforce ses règles sanitaires

L'Italie va renforcer ses règles en matière de coronavirus à partir du 6 août et exiger une preuve de vaccination, de guérison ou un résultat de test négatif pour accéder dans des lieux tels que salles de sport, piscines ou encore musées.

Le Conseil des ministres, qui a annoncé cette décision jeudi soir, a également indiqué dans un communiqué que l'état d'urgence serait prolongé jusqu'à la fin de l'année. Ces mesures font suite à une augmentation rapide des nouvelles infections à coronavirus, notamment chez les jeunes. Les autorités sanitaires ont enregistré jeudi plus de 5.050 nouvelles infections et 15 décès en une journée. "Le variant Delta est menaçant car il se propage rapidement", a notamment déclaré le Premier ministre Mario Draghi, tandis que le ministre de la santé, Roberto Speranza, a exhorté la population à se faire vacciner.

L'Australie approuve le vaccin Pfizer/BioNTech pour les adolescents de 12 à 15 ans

L'Australie a donné son feu vert à l'administration du vaccin Pfizer/BioNTech aux adolescents de 12 à 15 ans, a signalé vendredi le ministre de la santé, Greg Hunt.

Le vaccin avait précédemment été approuvé dans le pays pour les personnes âgées de 16 ans et plus. Deux doses sont nécessaires pour la protection contre le coronavirus, à au moins 21 jours d'intervalle. Le gouvernement australien fait l'objet de critiques de plus en plus vives pour la lenteur de ses progrès en matière de vaccination, alors que plus de la moitié de la population est désormais confinée en raison de l'apparition récente du virus dans plusieurs États.


L'Australie a réussi à contenir en grande partie la pandémie grâce à des mesures très strictes, notamment la fermeture de ses frontières depuis mars 2020. Cependant, le variant Delta, hautement contagieux, a jeté un pavé dans la mare ces dernières semaines. Depuis le début de la pandémie, l'Australie, qui compte environ 25 millions d'habitants, a enregistré plus de 32.000 infections et 915 décès dus au coronavirus. Plus de 10,6 millions de vaccins ont été administrés dans le pays jusqu'à présent.

Le variant Delta à Sydney force la suspension de la bulle de voyage trans-tasmanienne

Alors que la situation épidémique se détériore à Sydney, ville la plus peuplée d'Australie, les portes de la bulle de voyage sans quarantaine entre l'Australie et la Nouvelle-Zélande se referment.

Le gouvernement néo-zélandais a annoncé vendredi suspendre la bulle de voyage trans-tasmanienne avec l'Australie voisine. À partir de minuit les passagers ne pourront plus voyager vers la Nouvelle-Zélande sans se soumettre de nouveau à une quarantaine dans des hôtels médicalisés à leur arrivée. 

La suspension sera en vigueur pendant au moins huit semaines. Depuis octobre 2020, la bulle autorise des vols sans quarantaine de la Nouvelle-Zélande vers l'Australie, et elle le permettait depuis le mois d'avril au départ de l'Australie vers la Nouvelle-Zélande. La Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern a affirmé vendredi que le variant Delta du Covid-19, plus contagieux, qui se répand dans le grand pays voisin "a changé le profil de risque".