L'objectif que l'on s'est fixé pour venir à bout du coronavirus est-il devenu impossible à atteindre ?

Selon Andrew Pollard, à la tête de l'Oxford Vaccine Group, l'immunité collective dont on parle depuis des mois "n'est plus possible". La cause ? L'arrivée du variant delta.

L'objectif que l'on s'est fixé pour venir à bout du coronavirus est-il devenu impossible à atteindre ?
© BELGA

Alors que l'Europe met les bouchées doubles pour vacciner sa population, les contaminations et hospitalisations repartent à la hausse dans de nombreux pays. Si cette recrudescence de l'épidémie inquiète les autorités, elle est d'autant plus préoccupante selon les experts qu'elle est due en grande partie au variant delta, considéré comme un "nouveau virus". "La guerre a changé", avaient pointé les autorités sanitaires américaines (Centers for Disease Control, CDC) dans un document interne, le 30 juillet. Et, pour Andrew Pollard, à la tête de l'Oxfort Vaccine Group, le combat diffère à un point tel que les objectifs initialement fixés sont devenus inatteignables. "Je pense que nous sommes dans une situation avec ce variant où l'immunité collective n'est plus possible, car la mutation contamine des individus vaccinés", a-t-il déclaré face aux parlementaires britanniques, ce mardi 10 août.

"Nous n'avons rien qui arrêtera cette transmission"

Le spécialiste a ainsi expliqué qu'avec le variant delta, il ne suffisait pas d'atteindre un certain pourcentage de population vaccinée pour en venir à bout. "Avec la rougeole, par exemple, si 95% des personnes ont été vaccinées, le virus ne peut plus se transmettre dans la population, mais ici ce n'est pas le cas", a-t-il ajouté, dans des

propos rapportés par The Guardian

. "Le variant delta touche également les personnes vaccinées. Ce qui signifie que quiconque n'est toujours pas vacciné rencontrera le virus à un moment donné. Nous n'avons rien qui arrêtera cette transmission."

Or la plupart des pays ont fixé cette immunité collective - représentant le pourcentage de la population qui devrait être vaccinée pour assurer une protection de l'ensemble de la population - comme étant l'objectif à atteindre pour faire définitivement une croix sur cette crise sanitaire. "Il est devenu toutefois irréalisable", a à son tour asséné Paul Hunter, expert britannique en santé publique face aux députés. Selon lui, le fait que les personnes vaccinées puissent également participer à la transmission du variant delta rend impossible la "protection indirecte" des personnes non-vaccinées ou qui n'ont pas eu le Covid.

Les vaccins remplissent déjà un objectif primordial

Mais les experts ont tout de même rappelé que les risques de contamination étaient bien moindres pour les vaccinés (49% moins de risques d'infection pour les vaccinés, selon une étude de l'Imperial College of London). Andrew Pollard a également pointé que l'on voyait actuellement l'impact positif de la vaccination au niveau des chiffres dans les hôpitaux et au niveau de la mortalité. "Il n'y a aucune raison de paniquer pour le moment, nous ne sommes pas confrontés à une grave maladie révolutionnaire", a-t-il précisé.

Si les vaccins ne pourront pas arrêter la transmission du Covid au sein de la société, ils permettent tout de même déjà d'atteindre un objectif important: éviter des formes sévères du Covid qui peuvent mener à une hospitalisation des personnes infectées.

Sur le même sujet