Coronavirus dans le monde: en Grèce 7.000 personnes manifestent contre la vaccination obligatoire des soignants

Nouvelles mesures, nouveaux bilans et faits marquants: un point sur les dernières évolutions de la pandémie de Covid-19 dans le monde.

AFP / BELGA

La pandémie de Covid-19 a fait plus de 4.486.000 morts dans le monde depuis fin décembre 2019, selon un bilan établi samedi par l'AFP à partir de sources officielles.

Les Etats-Unis sont le pays le plus endeuillé avec 637.237 morts, devant le Brésil (579.010), l'Inde (437.370), le Mexique (257.150) et le Pérou (198.115).

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) estime, en prenant en compte la surmortalité directement et indirectement liée au Covid-19, que le bilan de la pandémie pourrait être deux à trois fois plus élevé que celui qui est calculé à partir des chiffres officiels.

EUROPE

Grèce: 7.000 manifestants contre la vaccination obligatoire des soignants

Les manifestants qui s'étaient rassemblés sur la place Syntagma tenaient des drapeaux grecs et brandissaient des pancartes sur lesquelles on pouvait notamment lire: "Nous ne sommes pas contre les vaccins mais contre le fascisme" et "vive la démocratie". "C'est hallucinant que je sois mis en arrêt de travail (forcé) parce que je refuse de me faire vacciner alors que pendant des mois j'ai aidé à endiguer l'épidémie, j'ai travaillé dans des conditions très difficiles", lance Christos Bakakios, un ambulancier. Pour Lina, une infirmière qui a requis l'anonymat, "le système de santé grec va s'effondrer s'ils mettent tous les soignants qui refusent de se faire vacciner au chômage partiel". "Les hôpitaux sont déjà surchargés, cela n'aurait aucun sens", poursuit-elle. Le gouvernement grec a pris des mesures afin d'encourager le plus grand nombre de personnes à se faire vacciner face à la propagation du variant Delta du coronavirus, alors que 99% des malades intubés dans les hôpitaux sont des personnes non vaccinées. Les employés des maisons de retraite ont déjà l'obligation de se faire vacciner depuis le 16 août. Dix employés d'une maison de retraite de Volos, dans le centre de pays, ont déjà été suspendus pour avoir refusé la vaccination. Plus de 5,7 millions sur les 10,7 millions d'habitants en Grèce sont entièrement vaccinés. Mais la propagation du variant Delta dans le pays inquiète. Dimanche, la Grèce a recensé environ 1.500 nouveaux cas de coronavirus, alors que plus de 300 personnes étaient intubées dans des hôpitaux. Plus de 13.600 personnes sont mortes du Covid-19 en Grèce.

Covid-19: un million de Français vaccinés via le "aller vers"

Un million de personnes ont été vaccinées contre le Covid-19 en France grâce à des dispositifs d'"aller vers" où la vaccination leur est proposée au plus près de chez eux, a indiqué dimanche le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal.

"On vient de franchir le million de Français vaccinés via nos opérations d'+aller vers+", avec "le travail qu'on fait avec des associations, des collectivités locales pour aller chercher des personnes qui ne peuvent pas, pour différentes raisons, se déplacer jusqu'à la vaccination", a-t-il expliqué au Grand Jury RTL/Le Figaro/LCI.

"C'est un million de personnes qui probablement ne se seraient pas fait vacciner si on n'avait pas été les chercher au pied de leur immeuble, via des associations qui ont l'habitude de les accompagner", a ajouté le porte-parole du gouvernement.

Au total "on tend vers les 50 millions de Français ayant reçu une première dose", s'est-il félicité, assurant que "oui, on va atteindre les 50 millions dans quelques jours" mais "je ne peux pas vous dire à quelle date exactement".

Le Premier ministre Jean Castex avait appelé le 20 août "à ne renoncer à aucun levier pour inciter à la vaccination".

Interrogé sur la question d'une vaccination obligatoire, il a estimé que "ça peut venir à un moment", en soulignant que le chef de l'Etat avait évoqué cette possibilité dans son allocution du 12 juillet. "Si on avait abordé cette campagne de vaccination en disant que le vaccin était obligatoire, je ne suis pas sûr qu'on en serait au résultat d'aujourd'hui", a-t-il néanmoins fait valoir.

Enfin sur le pass sanitaire, M. Attal a assuré que "si on pouvait ne pas avoir de pass sanitaire, on n'aurait pas de pass sanitaire", et que "dans un monde idéal, il n'y en aurait pas, mais il n'y aurait pas de virus non plus".

Manifestations anti-pass sanitaire en France

Environ 160.000 personnes, dont 14.500 à Paris, ont manifesté samedi en France contre le pass sanitaire pour le septième week-end consécutif, avec une mobilisation en baisse, selon les chiffres du ministère de l'Intérieur.

Le collectif militant Le Nombre jaune, qui publie un décompte ville par ville, a recensé de son côté au moins 319.290 manifestants en France, contre 357.100 le week-end précédent.

France: toujours plus de patients hospitalisés en Polynésie

Le nombre de patients hospitalisés pour Covid-19 a continué à progresser en Polynésie française, pour atteindre 412 personnes, dont 55 en réanimation, a indiqué à Papeete le ministère de la Santé local. A la date de vendredi, l'épidémie avait provoqué 385 décès dont 15 au cours des précédentes 24 heures.

Le violent pic épidémique s'explique par l'introduction du variant Delta dans une population peu vaccinée et qui souffre de nombreuses comorbidités, comme l'obésité, le diabète et les maladies cardiovasculaires.

Le variant Delta cause plus d'hospitalisations

Les personnes infectées par le variant Delta ont deux fois plus de risques d'être hospitalisées pour Covid-19 que celles contaminées par le variant Alpha, conclut une étude britannique publiée samedi.

On savait déjà que le variant Delta, identifié pour la première fois en Inde, est environ 40% à 60% plus transmissible que le variant Alpha, qui avait émergé au Royaume-Uni fin 2020. Mais selon l'étude, le risque d'être admis à l'hôpital est multiplié par 2,26 avec le variant Delta par rapport au variant Alpha et les patients concernés sont plus jeunes.

Ses auteurs jugent vital que la population reçoive au plus vite les deux doses de vaccination.

OCEANIE

Australie: le sixième confinement de Melbourne prolongé

Le confinement de Melbourne, la deuxième plus grande ville d'Australie, va être prolongé, ont annoncé dimanche les autorités qui tentent de juguler une épidémie de coronavirus liée au variant Delta. En place depuis un mois, ce confinement, qui concerne les sept millions d'habitants de Melbourne et de l'Etat de Victoria où elle se situe, devait être levé le 2 septembre.

Le Premier ministre de cet Etat, Dan Andrews, a affirmé qu'en raison d'un nombre croissant de nouveaux cas de Covid-19, 92 dans la nuit de samedi à dimanche, cette levée n'était plus envisageable.

Il s'agit du sixième confinement de la ville depuis le début de la pandémie. Il est assorti d'un couvre-feu et d'un nombre d'autorisations de sorties limitées.

"Nous avons encore trop de cas au sein de la population et depuis trop longtemps pour que nous puissions ouvrir et redonner... ces libertés que nous chérissons et que nous souhaitons tous impatiemment retrouver", a déclaré M. Andrews.

Il n'a pas communiqué de date concernant une éventuelle levée des mesures, affirmant que les autorités étudiaient "toutes les options".

Dans le même temps, l'Etat voisin de Nouvelle-Galles du Sud, qui comprend la ville la plus peuplée d'Australie, Sydney, a enregistré 1.218 nouveaux cas dimanche, soit un nombre record depuis le début de la pandémie.

ASIE

Enquête au Japon sur des lots Moderna contaminés

Le Japon enquête sur la mort de deux hommes de 30 et 38 ans ayant reçu des vaccins Moderna contre le coronavirus provenant de lots dont l'utilisation a été suspendue en raison d'une contamination, a annoncé samedi le ministère de la Santé.

Les deux hommes, qui ont eu de la fièvre après avoir été vaccinés, ne présentaient pas de problèmes de santé sous-jacents ou d'antécédents allergiques, a précisé le ministère.

L'Inde vaccine dix millions de personnes en un seul jour

L'Inde, deuxième pays le plus peuplé du monde avec 1,3 milliard d'habitants, a vacciné contre le Covid-19 dix millions de personnes en un seul jour, un chiffre record, ont annoncé samedi les autorités de ce géant asiatique qui tente de faire face à une nouvelle vague annoncée de l'épidémie.

Le gouvernement indien, sous le feu des critiques après une brutale flambée de l'épidémie qui a fait plus de 200.000 morts en avril et mai, espère vacciner 1,1 milliard de personnes avant fin 2021, un objectif contrarié par les pénuries et les cafouillages administratifs.

Depuis le lancement de la vaccination en janvier, seulement 15% de la population a reçu les deux doses de vaccin.

MOYEN-ORIENT

Les Emirats rouvrent les portes aux touristes vaccinés du monde entier

Les Emirats arabes unis ont annoncé qu'ils recommenceraient à délivrer des visas à tout touriste entièrement vacciné contre le Covid-19 à partir de lundi, un mois avant le début de l'Exposition universelle 2020, repoussée d'un an en raison de la crise sanitaire. La nouvelle mesure intervient dans un contexte de baisse des infections dans ce pays du Golfe riche en pétrole, qui a enregistré moins de 1.000 cas lors de plusieurs jours consécutifs la semaine dernière pour la première fois depuis des mois.

La décision de rouvrir les portes aux touristes vaccinés du monde entier a pour but de "parvenir à une reprise et à une croissance économique durables", a rapporté samedi l'agence de presse officielle WAM.

Pour se rendre aux Emirats, il faudra être entièrement vacciné avec l'un des vaccins approuvés par l'Organisation mondiale de la santé, à savoir AstraZeneca, Johnson & Johnson, Moderna, Pfizer/BioNTech, Sinopharm et Sinovac.

"La décision s'applique aux citoyens de tous les pays, y compris ceux en provenance de pays précédemment interdits", a précisé WAM.

Tout passager se rendant aux Emirats avec un visa touristique devra obligatoirement faire un test PCR à l'aéroport, a ajouté l'agence.

Les Emirats arabes unis sont constitués de sept principautés, dont la capitale Abou Dhabi et Dubaï, où les mesures contre le coronavirus et les règles de vaccination restent différentes.

La vie est largement revenue à la normale à travers tous le pays, mais les habitants doivent adhérer à des règles strictes de distanciation sociale et doivent porter un masque à l'extérieur et dans les lieux publics.

Avec le lancement en octobre de l'exposition universelle, Dubaï espère faire le plein de visiteurs, après une année et demie marquée par la crise sanitaire.

Israël abaisse à 12 ans l'âge pour recevoir une 3e dose de vaccin

Israël a annoncé dimanche abaisser à 12 ans l'âge minimal pour recevoir une 3e dose de vaccin contre le coronavirus afin de lutter contre une hausse des contaminations, liée au variant Delta. "Aujourd'hui, nous élargissons la possibilité de recevoir le booster, la 3e dose du vaccin, à toute la population, à condition que 5 mois se soient écoulés depuis l'injection de la seconde dose", a déclaré le directeur général du ministère de la Santé, Nachman Ash.

"Le troisième vaccin est immédiatement ouvert à toutes les personnes de plus de 12 ans", a précisé sur Twitter le ministre de la Santé, Nitzan Horowitz. Soulignant "l'efficacité du booster" selon "les dernières études", il a appelé tous les citoyens à se faire vacciner.

L'Etat hébreu avait lancé fin juillet une campagne pour permettre aux personnes âgées de 60 ans et plus de se faire injecter une troisième dose de vaccin, principalement du géant pharmaceutique Pfizer/BioNTech.

Il a depuis progressivement abaissé l'âge minimal d'accès, malgré l'appel de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) en faveur d'un moratoire sur ces troisièmes doses de rappel, afin de laisser plus de vaccins aux pays pauvres, où le taux de vaccination reste faible.

Le Premier ministre israélien Naftali Bennett avait rétorqué que l'administration de ces doses en Israël, pays de neuf millions d'habitants, n'affecterait pas les stocks mondiaux et permettrait de tester l'efficacité d'une 3e dose.

Plus de 5,4 millions de personnes ont reçu deux doses de vaccin en Israël, soit 58% de la population, et plus de 1,9 million une troisième.