Première mondiale: l'EFSA vient d'approuver la première bactérie bénéfique de nouvelle génération entraînant d’importants effets sur la santé humaine

Elle pourrait limiter les risques cardiovasculaires d'un Belge sur deux !

Juillet 2019, La Libre titrait: "Obésité: la bactérie aux superpouvoirs pourrait être commercialisée dès 2021. Ce sera 2022! Les chercheurs de l'UCLouvain, sous la direction du Pr Patrice Cani, chercheur FNRS Welbio, avaient alors présenté les résultats très encourageants d'une nouvelle étude sur la fameuse bactérie Akkermansia municiphila. Celle-là même qui pourrait limiter les risques cardiovasculaires d'un Belge sur deux, ni plus ni moins.

L'équipe du Louvain Drug Research Institute de l'UCLouvain se rapprochait alors de la commercialisation, sous forme de complément alimentaire, de cette bactérie intestinale Akkermansia municiphila, dotée de superpouvoirs, dont celui de limiter l'obésité et le diabète de type 2 chez la souris, comme démontré en 2017.

Plus récemment, nous présentions les dernières découvertes de l'équipe de l'UCL sur cette "bactérie qui pue", présentée comme un véritable trésor de nos intestins.

Approuvée par l'EFSA

Un nouveau pas vient d'être à présent franchi par la société belge A-Mansia Biotech, une co-spin-off de l'université de Wageningen et de l'UCLouvain, qui avait introduit une demande d'autorisation auprès de la Commission européenne en octobre 2019 afin de considérer l'Akkermansia muciniphila pasteurisée en tant que Novel Food. L'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) vient en effet de donner son feu vert, considérant l'Akkermansia muciniphila pasteurisée comme un "ingrédient alimentaire sûr" dans les conditions d'utilisation et les niveaux de consommation proposés. L'Akkermansia devient ainsi la première bactérie bénéfique de nouvelle génération entraînant d'importants effets sur la santé humaine à être approuvée par l'EFSA.

Une étude sur l'homme a effectivement démontré la capacité de l'Akkermansia muciniphila pasteurisée à prévenir la détérioration de l'état de santé des sujets (prédiabète, risques cardiovasculaires), avec une réduction des marqueurs inflammatoires dans le foie, de la résistance à l'insuline ou de l'hypercholestérolémie.

L'équipe qui a travaillé sur la bactérie
©D.R.

Les effets bénéfiques

Pour rappel, la bactérie avait été découverte, isolée du microbiote intestinal humain et caractérisée pour la première fois en 2004, au sein du laboratoire du Pr Willem M. de Vos (Université de Wageningen, Pays-Bas), cofondateur d’A-Mansia. Quelque temps plus tard, c'est l’équipe du Pr Patrice Cani, de l'UCLouvain, un autre cofondateur d’A-Mansia, qui allait en découvrir les effets bénéfiques.

Cette bactérie est capable de restaurer la fonction barrière de l'intestin, ce qui entraîne une réduction de l'inflammation et, à terme, un meilleur contrôle du stockage des graisses, du métabolisme du glucose et de la dépense énergétique. Mieux encore, les chercheurs ont observé que le processus de pasteurisation augmente l'efficacité de l'Akkermansia qui, pasteurisée est stable, a une longue durée de conservation et est facile à administrer aux humains. Autant dire qu'elle présente toutes les qualités pour être promue à un franc succès, alors que ce nouvel ingrédient alimentaire sera commercialisé en tant que complément alimentaire en 2022.

"Les produits formulés à base d'Akkermansia muciniphila ouvrent la voie à une nouvelle génération de compléments alimentaires ancrés dans une compréhension approfondie de la fonction du microbiome. a déclaré Michael Oredsson, CEO.Cette autorisation de l'EFSA constitue une étape cruciale qui permet à A-Mansia de progresser en vue du lancement en Europe de notre premier produit en 2022".

Sur le même sujet