Coronavirus dans le monde: les États-Unis passent le cap des 40 millions de contaminations, l'Espagne va aussi proposer une troisième dose

Nouvelles mesures, nouveaux bilans et faits marquants: un point sur les dernières évolutions de la pandémie de Covid-19 dans le monde.

Coronavirus dans le monde: les États-Unis passent le cap des 40 millions de contaminations, l'Espagne va aussi proposer une troisième dose
©Reporters
AFP

EUROPE

L'Espagne proposera une troisième dose de vaccin anti-Covid aux immuno-déprimés

L'Espagne proposera une dose additionnelle de vaccin anti-Covid à certaines personnes immuno-déprimées mais écarte pour le moment la généralisation d'une telle mesure, ont annoncé mardi les autorités sanitaires.

Sont concernées "certaines personnes en situation d'immuno-suppression sérieuse, pour lesquelles il existe un risque élevé de réponse immunitaire inadaptée à la dose conventionnelle de vaccin", explique le ministère de la Santé.

Il s'agit notamment de personnes transplantées ou encore de personnes recevant des traitements contre la sclérose en plaques, les anti-CD20 qui semblent annuler la protection des vaccins contre le Covid-19.

En revanche, le pays n'envisage pas pour le moment de proposer une dose supplémentaire à la majorité des gens.

"Nous ne disposons pas à l'heure actuelle de données solides permettant de recommander l'administration d'une dose de rappel ou de +booster+ pour la population générale", indique ainsi le communiqué.

Ces vaccins, "de préférence du type ARN messager", seront administrés 28 jours au moins après la dernière injection ou six mois après la fin du traitement par anti-CD20, est-il encore précisé.

Avec 77,7% de sa population vaccinée, l'Espagne est l'un des champions de la vaccination en Europe.

L'état d'urgence sanitaire déclaré en Nouvelle-Calédonie

La France a décrété mercredi l'état d'urgence sanitaire en Nouvelle-Calédonie, territoire français du Pacifique, permettant d'encadrer les mesures de confinement en vigueur depuis mardi et alors que plusieurs cas de contamination au Covid-19 sont apparus ces derniers jours. L'état d'urgence sanitaire entre en vigueur mercredi à minuit, selon le décret présenté par le Premier ministre.

Cette déclaration vaut pour un mois, sa période prévue par le code de santé publique, mais l'Assemblée nationale a donné mardi soir un premier feu vert à une prorogation, jusqu'au 15 novembre, de l'état d'urgence sanitaire dans la grande majorité des territoires ultramarins, durement touchés par le rebond de la crise du coronavirus.

Cette extension, qui permet notamment d'instaurer ou maintenir des mesures de couvre-feu et de confinement, concerne la Guadeloupe, la Martinique, Saint-Barthélémy et Saint-Martin dans les Antilles françaises, ainsi que la Guyane, la Réunion et la Polynésie française.

La Nouvelle-Calédonie, où un confinement strict est entré en vigueur mardi, a été ajoutée à cette liste par un amendement du gouvernement adopté en séance.

"Plusieurs cas de Covid-19 ont été détectés en Nouvelle-Calédonie au cours des derniers jours chez des personnes n'ayant pas voyagé en dehors de ce territoire au cours des dernières semaines et ne présentant pas de liens entre elles", explique le gouvernement dans le compte-rendu du conseil des ministres.

Ce scénario de l'introduction du virus était redouté par les autorités, qui craignent une saturation très rapide du système de santé.

"Compte tenu des capacités hospitalières de la Nouvelle-Calédonie, de la couverture vaccinale qui reste insuffisante (seuls 26% de la population disposent d'un schéma vaccinal complet) en raison d'un faible recours de la population aux possibilités de vaccination organisées localement et de l'isolement de ce territoire, cette épidémie constitue une catastrophe sanitaire mettant en péril, par sa nature et sa gravité, la santé de la population", alerte le gouvernement.

Depuis mars 2020 et le premier confinement de l'île, l'accès au territoire est très restreint et les arrivants doivent se soumettre à une quarantaine de 15 jours stricte chez des hôtes réquisitionnés par le gouvernement.

AMERIQUE

Les États-Unis passent le cap des 40 millions de contaminations

Les États-Unis ont passé le cap des 40 millions de contaminations par le coronavirus depuis le début de la pandémie, d'après le décompte mardi de l'université américaine Johns Hopkins, qui fait référence en la matière. Ce record place le pays de l'Oncle Sam en tête du nombre d'infections enregistrées, devant l'Inde (33 millions) et le Brésil (près de 21 millions). Au total, ce sont précisément 40.018.326 cas de Covid-19 qui ont été recensés aux États-Unis, dont 649.003 se sont avérés mortels. La semaine dernière, quelque 150.000 contaminations ont été dénombrées, d'après les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC), qui forment la principale agence de santé publique aux États-Unis.

L'immunologiste Anthony Fauci, qui assiste le président Joe Biden dans la lutte contre la pandémie, s'est inquiété de voir les hôpitaux proches de la saturation dans certaines régions. "Nous nous rapprochons dangereusement" d'une situation où les médecins se verraient obligés de choisir quels malades peuvent bénéficier en priorité d'un lit aux soins intensifs, a souligné auprès de la chaîne américaine CNN le conseiller de la Maison Blanche. Ce dernier a appelé une nouvelle fois la population à se faire vacciner et à porter le masque.

Actuellement, 373.225.052 doses de vaccin contre le virus Sars-CoV-2 ont été administrées parmi les 330 millions de citoyens et citoyennes américaines, d'après l'Université John Hopkins. Cette dernière, dont les données sont régulièrement actualisées, présente des chiffres de vaccination plus élevés que l'Organisation mondiale de la Santé et les CDC, pour qui la moitié (53%) de la population est totalement vaccinée.

Virus: première livraison de vaccins Covax au Venezuela

Le Venezuela a reçu mardi une première livraison de vaccins conre le Covid-19 par le biais du mécanisme international Covax, après des mois de controverse et une guerre de déclarations, a confirmé l'Organisation panaméricaine de la santé (OPS).

Quelque 700.000 doses du vaccin chinois Sinovac sont arrivées à Caracas, mettant entre parenthèses des mois de polémique autour des retards de paiement et de livraison sur fond de sanctions financières internationales.

Le pouvoir dénonçait le gel des avoirs vénézuéliens à l'étranger, dans le cadre des sanctions contre le Venezuela destinées à évincer du M. Maduro du pouvoir, pour justifier des retards de paiement de 120 millions de dollars pour quelque 11,3 millions de doses.

Nicolas Maduro avait même lancé en juillet un médiatique ultimatum au mécanisme Covax: "ou on nous envoie les vaccins ou on nous rend l'argent".

L'OPS a annoncé en août que, dans un premier temps, le Venezuela recevra quelque 3,2 millions de doses des vaccins chinois Sinopharm et Sinovac.

Le gouvernement ne fournit pas régulièrement les chiffres de vaccination mais, selon l'OPS, 3,3 millions de personnes (11,62 % de la population) ont reçu les deux doses de vaccins administrés dans le pays: le russe Spoutnik V et le chinois Sinopharm.

Près de 6 millions de personnes ont reçu une première dose.

Le plan de vaccination a été critiqué pour la lenteur de sa mise en oeuvre.

Cependant, le gouvernement a annoncé s'être fixé comme objectif la vaccination d'ici octobre de 70% de la population, soit quelque 22 millions de personnes.

Selon des données officielles, le pays compte plus de 340.000 cas de Covid-19 pour 4.115 décès, des chiffres remis en cause par les représentants de la santé et les organisations internationales qui les estiment sous-évalués.

ASIE

Le Japon commande 150 millions de doses du vaccin de Novavax

Le Japon va acquérir 150 millions de doses du vaccin anti-Covid de l'américain Novavax sous réserve de l'approbation réglementaire de ce produit, a annoncé mardi le groupe pharmaceutique nippon Takeda, qui va le fabriquer et le distribuer dans le pays. Takeda, qui avait annoncé en août 2020 avoir acquis auprès de Novavax les droits pour développer, produire et commercialiser au Japon son vaccin expérimental, met déjà en oeuvre des préparatifs afin d'être en mesure de commencer la distribution au Japon dès début 2022, a-t-il précisé dans un communiqué.

La biotech américaine Novavax a affirmé en juin que son vaccin était efficace à plus de 90%, y compris contre les variants, après une étude réalisée sur près de 30.000 personnes aux Etats-Unis et au Mexique.

Le vaccin, appelé NVX-CoV2373 dans la terminologie officielle, utilise une technologie différente de celles employées pour les vaccins déjà largement autorisés dans le monde: il est dit "sous-unitaire", à base de protéines qui déclenchent une réponse immunitaire, sans virus.

Les essais cliniques au Japon du vaccin seront assurés par Takeda, qui se chargera aussi de solliciter l'approbation du ministère de la Santé nippon pour son utilisation.

Le Japon subit depuis le début de l'été une cinquième vague de Covid-19, la plus violente à ce jour dans le pays, qui a poussé le gouvernement à remettre en place des mesures de restriction sanitaires mi-juillet, étendues en août à la majorité du pays. Elles devraient être une nouvelle fois prolongées jusqu'à fin septembre, selon les médias locaux.

Le pays a déjà approuvé les vaccins de Pfizer/BioNTech, Moderna et AstraZeneca, le recours à ce dernier étant limité au personnes âgées de 40 ans ou plus.

La campagne de vaccination au Japon, critiquée pour ses débuts tardifs et laborieux, s'est accélérée au cours des derniers mois et 48% de la population est aujourd'hui totalement vaccinée. Le Premier ministre Yoshihide Suga a annoncé le mois dernier un objectif de 60% d'ici fin septembre.

Début août, la Commission européenne a annoncé l'achat anticipé de 200 millions de doses du vaccin de Novavax, là aussi sous réserve de son autorisation réglementaire.

AFRIQUE

L'Afrique enregistre plus de 200.000 morts

L'Afrique a dépassé mardi le chiffre des 200.000 morts depuis le début de la pandémie de coronavirus, le continent pauvre souffrant d'un manque cruel de vaccins avec moins de 3% de sa population entièrement immunisée à ce jour.

Les 54 pays de la région, toutefois relativement épargnés par rapport au reste du monde et qui ont échappé aux scénarios catastrophes redoutés au début de la crise sanitaire, totalisent 200.254 décès, selon un comptage de l'AFP.

Après plusieurs mois particulièrement meurtriers, avec 27.000 décès en juillet et 26.000 en août, la propagation de la pandémie a ralenti sur le continent depuis quelques semaines. L'Afrique compte actuellement 617 nouveaux décès par jour contre jusqu'à 990 fin juillet, un record.

Mais ces chiffres se fondent sur les bilans communiqués quotidiennement par les autorités sanitaires de chaque pays ou par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et ne reflètent qu'une fraction du total réel des contaminations.

L'OMS estime qu'en prenant en compte la surmortalité directement et indirectement liée au Covid-19, le bilan de la pandémie dans le monde pourrait être deux à trois fois plus élevé que celui officiellement recensé.

En Afrique, plus qu'ailleurs, les contaminations et les décès sont sous-estimés.

"Les moyens de dépistage sont très faibles sur le continent", explique la scientifique sud-africaine Glenda Davidson. Et l'enregistrement des décès se fait souvent de façon approximative ou inexacte, ajoute-t-elle.

Le récent recul du Covid-19 à l'échelle continentale est dû à une forte baisse des contaminations dans les pays les plus endeuillés du continent depuis le début de la pandémie.

En Afrique du Sud, pays le plus officiellement le touché avec un total de 83.899 décès dus au Covid-19, environ 7.400 nouveaux cas et 234 nouveaux décès quotidiens ont été recensés en moyenne ces sept derniers jours, contre jusqu'à 20.000 cas et 420 décès par jour en juillet.