Certains patients infectés par le Covid-19 puis vaccinés pourraient développer une "immunité surhumaine"

Une bonne nouvelle dans la lutte contre le coronavirus ?

Certains patients infectés par le Covid-19 puis vaccinés pourraient développer une "immunité surhumaine"
©Shutterstock

La question de l'immunité face au coronavirus est au cœur des préoccupations des scientifiques pour tenter de comprendre la maladie. Selon une étude de juin 2021 parue dans la revue Science et relayée cette semaine par la radio américaine NPR, certaines personnes ayant contracté le Covid-19 développent une réaction immunitaire "extraordinairement puissante et polyvalente", capable de neutraliser le virus et plusieurs de ses variants.

Les chercheurs qui ont publié l'étude parlent même d'une "immunité surhumaine" ou "hybride". Cela signifie que les patients concernés produisent des taux d'anticorps élevés, avec une grande flexibilité, c'est-à-dire aussi efficaces contre au moins six variants préoccupants actuels. Une autre recherche du virologue Paul Bieniasz, de l’Université Rockefeller (New York), en conclut la même chose.

"On peut raisonnablement prédire que ces personnes seront assez bien protégées contre la plupart - et peut-être la totalité- des variants du SARS-Cov-2 susceptibles d'apparaître dans le futur", précise le virologue auprès de NPR. "Les anticorps dans le sang de ces personnes peuvent même neutraliser le SARS-CoV-1, le premier coronavirus, apparu il y a vingt ans", ajoute Theodora Hatziioannou de l'Université Rockefeller, co signataire de l'étude. Il se pourrait aussi que ces malades puissent être relativement protégés contre les virus SARS n'ayant pas encore infecté les humains, spécule Paul Bieniasz. Cela reste encore à prouver.

Les scientifiques ont pu déterminer que cette immunité "hybride" est plus susceptible de se développer chez des patients ayant contracté le Covid en 2020, puis ayant reçu le vaccin ARN messager cette année (Pfizer et Moderna). Mais il est encore trop tôt pour affirmer que toutes les personnes concernées par une exposition "hybride" développent automatiquement cette "immunité surhumaine", précise Theodora Hatziioannou.

Sur le même sujet