Coronavirus: L'Angleterre renonce au passeport vaccinal, la Suisse présente son pass sanitaire, confinement prolongé en Nouvelle-Zélande

Nouvelles mesures, nouveaux bilans et faits marquants: un point sur les dernières évolutions de la pandémie de Covid-19 dans le monde.

AFP/BELGA

La pandémie de Covid-19 a fait au moins 4.622.410 morts dans le monde depuis fin décembre 2019, selon un bilan établi dimanche en milieu de journée par l'AFP à partir de sources officielles.

Les Etats-Unis sont le pays ayant enregistré le plus de décès (659.938), devant le Brésil (586.851), l'Inde (442.655), le Mexique (267.524) et le Pérou (198.728), selon les chiffres officiels.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) estime, en prenant en compte la surmortalité directement et indirectement liée au Covid-19, que le bilan de la pandémie pourrait être deux à trois fois plus élevé.

EUROPE

L'Angleterre renonce au passeport vaccinal

Le gouvernement britannique a annoncé dimanche avoir renoncé à son projet d'introduire un passeport vaccinal pour accéder aux discothèques et autres endroits très fréquentés en Angleterre, le jugeant superflu en raison du succès de la campagne de vaccination contre le Covid-19.

"Je n'ai jamais aimé l'idée de dire aux gens de devoir montrer leurs papiers (...) pour faire ce qui est simplement une activité courante", a déclaré le ministre de la Santé, Sajid Javid.

Chaque nation constitutive du pays étant compétente pour les restrictions anti-Covid, l'Écosse a elle décidé d'introduire, dès le 1er octobre, un certificat de vaccination pour accéder aux discothèques et à certains événements, afin de freiner la hausse des cas attribuée à la rentrée scolaire.

Les Suisses doivent aussi présenter un pass sanitaire dès lundi

Les Suisses sont confrontés à la réalité du pass sanitaire depuis lundi. Les restaurants, les musées, les zoos, les concerts ne sont accessibles qu'aux seuls détenteurs d'un certificat Covid. Pour tous les événements qui ont lieu en intérieur, les participants devront présenter leur certificat. Cela concerne aussi les salles de fitness, les piscines ou les mariages dans les lieux publics. A l'extérieur, il sera demandé pour les manifestations de plus de 1.000 personnes.

Fin du port obligatoire du masque en extérieur au Portugal

Le port du masque en extérieur a cessé lundi d'être obligatoire au Portugal, pays affichant un des taux de vaccination les plus élevés au monde et une réduction du nombre de nouveaux cas de coronavirus. La mesure a été levée car le Parlement n'a pas prolongé la loi qui avait rendu le masque obligatoire dans la rue depuis fin octobre 2020.

Le port du masque reste tout de même recommandé en cas de rassemblement ou lorsqu'il est impossible de respecter la distanciation sociale, a indiqué la direction générale de Santé dans une directive publiée lundi.

"En dépit d'une couverture vaccinale élevée au Portugal et d'une situation épidémiologique qui rendent possible une stratégie d'assouplissement graduel des mesures de santé publique prises dans le contexte de la pandémie, l'usage du masque reste une importante mesure de contention de l'infection", a souligné l'autorité sanitaire.

Le masque reste ainsi obligatoire dans les espaces publics tels que les commerces, les transports en commun, les écoles ou les salles de spectacle.

Pays d'environ 10 millions d'habitants, le Portugal compte près de 18.000 morts par Covid-19.

La vague d'infections provoquée par l'arrivée du variant Delta a reflué de plus de 3.000 nouveaux cas quotidiens en juillet à moins de la moitié actuellement.

Près de 80% de la population portugaise est déjà totalement vaccinée, ce qui place le pays ibérique parmi les plus avancés au monde en ce domaine, à l'instar de Malte et des Emirats arabes unis.

Les événements sur plusieurs jours à nouveau possible sous conditions

Aux Pays-Bas, les événements et festivals de plusieurs jours seront à nouveau possibles sous certaines conditions, a appris l'ANP à bonne source. Ce à quoi ressembleront exactement ces conditions est cependant encore en cours d'élaboration. Les résultats des laboratoires de terrain, dans lesquels des expériences ont été menées avec des événements, sont notamment pris en compte. Un nombre maximum de visiteurs est envisagé, probablement basé sur un pourcentage de la capacité normale. On réfléchit aussi à comment gérer billets d'entrée et tests corona. L'application CoronaCheck pourrait être utilisée pour cela, mais l'idée est aussi de laisser aux organisateurs la possibilité d'organiser leur propre capacité de test.

L'assouplissement des mesures corona a été discuté dimanche. Il a ainsi été décidé que la règle du 1,5 mètre expirerait à partir du 25 septembre. En lieu et place de cela, les gens devront présenter des preuves qu'elles ont été vaccinées, testées négatives ou sont guéries, dans des endroits plus nombreux.

{{1}}

AFRIQUE

L'Afrique du Sud met en place un passeport vaccinal

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa a annoncé dimanche son intention d'introduire un "passeport vaccinal", dans un contexte de défiance généralisée à l'égard du vaccin contre le Covid-19, dans le pays du continent le plus touché par le virus.

Ces passeports "pourront être utilisés comme preuve de vaccination à diverses fins et lors de divers événements", a-t-il déclaré, ajoutant que de "plus amples informations" seront fournies dans deux semaines.

ASIE

L'Irak reçoit plus de 100.000 doses de vaccin AstraZeneca -

L'Irak a reçu 100.800 doses du vaccin AstraZeneca contre le Covid-19, a annoncé l'Unicef dans un communiqué, un don de l'Italie dans le cadre du programme Covax pour un pays où la population reste sceptique face aux vaccins.

A ce jour, plus de quatre millions de personnes ont reçu une ou deux doses d'un vaccin anti-Covid, selon les derniers chiffres du ministère de la Santé, soit environ 10% des quelque 40 millions d'Irakiens.

AMERIQUE

USA: des gorilles testés positifs

Plusieurs gorilles du zoo de la ville d'Atlanta en Géorgie (sud des Etats-Unis) ont été testés positifs au coronavirus.

Les animaux, des gorilles des plaines de l'Ouest, avaient subi des tests après que des soigneurs les aient vus tousser et présenter d'autres symptômes. Certains individus pour lesquels on pouvait craindre des complications ont été soignés avec des anticorps monoclonaux.

OCEANIE

La Nouvelle-Zélande prolonge le confinement d'Auckland

Auckland, la plus grande ville de Nouvelle-Zélande, va rester confinée pour au moins une semaine supplémentaire afin de juguler la propagation du variant Delta qui est "en hausse", a annoncé lundi la Première ministre Jacinda Ardern. Les deux millions d'habitants de la ville doivent rester chez eux à cause de l'apparition de plusieurs "cas mystérieux" qui n'ont pas encore pu être liés à des clusters, a expliqué Mme Ardern.

"Ces cas mystérieux continuent d'arriver et ce qui nous préoccupe, c'est le fait de les découvrir par la surveillance et le dépistage de la population, plutôt que par le traçage des contacts", a ajouté Mme Ardern.

La Nouvelle-Zélande a imposé un confinement national le 17 août dès l'apparition du premier cas de variant Delta, hautement contagieux.

Mais l'ordre de confinement a été levé la semaine dernière dans tout le pays à l'exception d'Auckland car tous les nouveaux cas étaient déclarés dans la ville.

La Première ministre a exclu de lever le confinement strict d'Auckland avant le 21 septembre mais a estimé que la ville, actuellement en alerte 4, soit le niveau maximal, devrait ensuite descendre d'un échelon.

Avec 33 cas locaux déclarés lundi dans la ville, Mme Ardern a dit s'inquiéter d'une levée précoce des restrictions.

La Nouvelle-Zélande suit une stratégie "zéro Covid" visant à éradiquer toute trace du coronavirus de son territoire, ce qui a conduit à un bilan de 27 morts sur 5 millions d'habitants depuis le début de la pandémie.

Aucun cas n'a été détecté dans la population pendant six mois avant les cas qui se sont déclarés en août, permettant aux Néo-Zélandais de profiter d'une vie quasi normale en dehors de la fermeture des frontières internationales.

L'apparition du variant Delta a provoqué des confinements immédiats à cause d'un taux de vaccination parmi les plus bas des pays développés, avec environ un tiers de la population éligible étant entièrement vaccinée.