La troisième dose de vaccin protège à 95,6% du coronavirus, d'après de premiers tests réalisés par Pfizer/BioNtech

Le groupe pharmaceutique a fait part des premiers résultats de son étude sur la dose de rappel de son vaccin contre le Covid-19.

La troisième dose de vaccin protège à 95,6% du coronavirus, d'après de premiers tests réalisés par Pfizer/BioNtech
©Belga

Alors que les contaminations au coronavirus repartent de plus belle en Belgique, où l'ombre d'une quatrième vague inquiète scientifiques et politiques, la question d'une troisième dose de vaccin, déjà prévue pour les personnes de plus de 65 ans et les immunodéprimés, est à l'étude pour toute la population.

Voilà un élément supplémentaire dans le débat : BioNTech et Pfizer ont partagé les résultats préliminaires de leur étude qui montrent qu'une troisième dose (dose rappel) de leur vaccin est efficace à 95,6 % contre le coronavirus. Ces premières conclusions, relayées par le Financial Times, sont issues du premier test effectué par la firme pharmaceutique sur un panel de 10.000 personnes à propos des rappels de son vaccin.

Les participants à l'étude, dont l'âge médian était de 53 ans, avaient tous déjà reçu deux doses du Pfizer. Pour se faire, une moitié du groupe a reçu une troisième dose , l'autre moitié s'est vue injecter un placebo. Le délai médian entre la seconde et troisième dose était de 11 mois et plus d'un cinquième des personnes étaient âgées de plus de 65 ans, un groupe à risque.

Ainsi, parmi le groupe qui a reçu le rappel, seules cinq personnes ont contracté le coronavirus, contre 109 pour le groupe qui a reçu le placebo. Les analyses ont ainsi révélé que l'efficacité relative de la dose de rappel était "cohérente" indépendamment de l'âge, du sexe, de la race, de l'origine ethnique ou d'autres conditions sous-jacentes. A savoir que les tests ont été faits alors que le variant Delta était déjà présent.

L'étude n'a pas encore été révisé par des pairs. Marco Cavaleri, chef de la division stratégie vaccins de l'Agence européenne des médicaments, a déclaré que l'agence évaluerait les données dans le cadre d'une évaluation plus large des rappels.

Sur le même sujet