Coronavirus dans le monde : la Chine impose de nouveaux confinements et restrictions, la Corée du Sud annonce un retour à la normale pour novembre

Nouvelles mesures, nouveaux bilans et faits marquants: un point sur les dernières évolutions de la pandémie de Covid-19 dans le monde.

La pandémie a fait au moins 4.941.032 morts dans le monde depuis fin décembre 2019, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles, dimanche à 10H00 GMT.

Les États-Unis sont le pays le plus endeuillé avec 735.930 morts, suivis du Brésil (605.644), de l'Inde (454.269), du Mexique (286.259) et de la Russie (230.600).

Ces chiffres se fondent sur les bilans officiels quotidiens de chaque pays, excluant les révisions à la hausse réalisées a posteriori par certains organismes statistiques. En prenant en compte la surmortalité directement et indirectement liée au Covid-19, l'OMS estime que le bilan global de la pandémie pourrait être deux à trois fois plus élevé que celui officiellement recensé.

Mettre fin à la pandémie, "un choix" selon le chef de l'OMS

La pandémie de Covid-19 prendra fin "lorsque le monde choisira d'y mettre fin" car "tous les outils" sont désormais disponibles pour combattre le virus, a déclaré dimanche lors d'une conférence à Berlin le chef de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, renouvelant ses appels à une distribution plus équitable des vaccins.

Il a déploré que jusqu'ici "le monde n'ait pas utilisé ces outils à bon escient", soulignant qu'avec "près de 50.000 décès par semaine" dans le monde, "la pandémie est loin d'être terminée".

6 milliards de livres dédiés à la santé britannique

Le ministre des Finances britannique Rishi Sunak a annoncé dimanche débloquer 6 milliards de livres supplémentaires (7 milliards d'euros) pour aider le service public de santé britannique (NHS) à résorber les retards accumulés pendant la crise sanitaire, dans le cadre de son nouveau budget.

Sur cette enveloppe, 2,3 milliards de livres (2,7 milliards d'euros) serviront à créer quelques 100 centres de diagnostic "à guichet unique" afin de dépister les maladies potentiellement mortelles, comme le cancer. Un milliard et demi sera, lui, utilisé pour "l'augmentation de la capacité des lits, l'équipement et de nouveaux centres chirurgicaux".

Nouvelles restrictions en Chine

La Chine a signalé dimanche 26 nouveaux cas de Covid-19 dans le pays, à un peu plus de 100 jours du début des Jeux.

La 40e édition du marathon de Pékin, prévue le week-end prochain, pourrait également être retardée, a rapporté le média local Beijing Daily.

Les autorités ont imposé lundi des confinements à des dizaines de milliers d'habitants du nord de la Chine et demandé aux Pékinois de limiter leurs déplacements en raison d'un rebond des cas de Covid-19 dans le pays, à une centaine de jours du démarrage des JO d'hiver de Pékin. La Chine a recensé 39 nouveaux cas de Covid-19 lundi et plus d'une centaine sur la semaine écoulée, la plupart de ces contaminations étant liées aux déplacements d'un groupe de touristes.

Les autorités chinoises, qui pratiquent une politique de "tolérance zéro" à l'égard du virus, ont réagi promptement, imposant des restrictions et organisant des campagnes de dépistage de masse dans les régions affectées.

A Pékin, où doivent démarrer les jeux Olympiques d'hiver le 4 février, un marathon auquel devaient participer quelque 30.000 coureurs le 31 octobre a été reporté sine die "de manière à prévenir le risque de transmission épidémique", selon les organisateurs.

Le marathon de Wuhan, qui devait compter 26.000 participants dimanche dernier dans la ville où le nouveau coronavirus avait été identifié pour la première fois fin 2019, avait été lui aussi annulé au dernier moment pour les mêmes raisons.

Un responsable municipal de Pékin a demandé aux habitants d'éviter les voyages "non nécessaires" hors de la ville ainsi que les rassemblements à grande échelle pour le moment.

Toute personne arrivant à Pékin en provenance d'une région où des cas de Covid-19 sont recensés doit présenter un test négatif, ont indiqué les autorités.

Les nouveaux cas de Covid-19 ont été détectés dans onze provinces, situées pour la plupart dans le nord du pays.

A Ejin, une ville de Mongolie intérieure dans le nord du pays, environ 35.000 personnes se sont vu imposer un confinement de deux semaines à partir de lundi.

Dans certaines villes du nord, dont Lanzhou, la capitale de la province du Gansu, les services de bus et de taxis ont été suspendus et des sites touristiques ont été fermés aux visiteurs.

Dimanche, les autorités avaient déjà annoncé la suspension des voyages touristiques organisés dans cinq zones où des cas de Covid-19 ont été signalés, dont Pékin.

La Corée du Sud annonce un retour à la normale pour novembre

La Corée du Sud retrouvera progressivement une vie normale au mois de novembre, a indiqué lundi le président Moon Jae-in à l'occasion d'un discours sur le budget au parlement. Les écoles rouvriront ainsi totalement leurs portes et les cours reprendront pleinement tandis que les centres communautaires pour personnes âgées fonctionneront à nouveau normalement. Quelques mesures comme le port du masque resteront de mise.

Les autorités sanitaires sud-coréennes avaient annoncé samedi que plus de 70 % de la population étaient complètement vaccinés. La campagne de vaccination avait démarré lentement avant de connaître une accélération ces derniers mois grâce des stocks de vaccins plus importants.

La Corée du Sud a plutôt bien géré la pandémie. Le pays est en effet parvenu à maintenir les chiffres de contaminations à un niveau bas grâce aux tests massifs et au suivi des contacts. La Corée est toutefois confrontée depuis l'été à une quatrième vague. Lundi, 1.423 cas de contamination ont été enregistrés ainsi que 21 décès dus au coronavirus.

Sur le même sujet