Coronavirus dans le monde : la barre des 5 millions de morts franchie, renforcement des règles sanitaires en Autriche

Nouvelles mesures, nouveaux bilans et faits marquants: un point sur les dernières évolutions de la pandémie de Covid-19 dans le monde.

AFP

Plus de cinq millions de morts du Covid-19 ont été officiellement recensés dans le monde depuis le début de la pandémie, selon les chiffres actualisés en continu de l'université américaine Johns Hopkins. La barre des quatre millions de décès avait été franchie au mois de juillet dernier. Le nombre d'infections par le SARS-Cov-2 recensées dépasse désormais les 246 millions de cas.

Depuis le début de la crise du coronavirus, l'université américaine, située à Baltimore (Maryland), compile l'ensemble des données fournies par les autorités sanitaires de chaque pays.

Ce nombre officiel de morts du Covid est certainement en deçà de la réalité, tous les décès liés au coronavirus n'étant pas enregistrés comme tels. Il en va de même pour les contaminations par le coronavirus. En prenant en compte la surmortalité liée au Covid, il pourrait être deux à trois fois plus élevé, a signalé l'Organisation mondiale de la Santé.

"Ce serait une erreur de penser que la pandémie est terminée", a déclaré António Guterres, le secrétaire général des Nations Unies. Il a qualifié le cap des cinq millions de morts de "seuil douloureux", alors que la barre des quatre millions de décès avait été dépassée il y a seulement 110 jours.

Chaque jour, des milliers de personnes décèdent encore des suites du coronavirus.

EUROPE

Renforcement des restrictions sanitaires en Autriche

Six des neufs Etats fédéraux autrichiens ont désormais resserré leurs restrictions sanitaires face à une remontée des cas de coronavirus. La Basse-Autriche est le dernier Land en date à en faire l'annonce, après le Tyrol, la Haute-Autriche, Vienne, la Carinthie et la Styrie. Dès le 8 novembre, seuls ceux qui sont guéris du Covid-19 ou ont été vaccinés contre la maladie seront autorisés dans les restaurants et bars de même que dans les événements d'envergure, ont annoncés les autorités régionales samedi.

Même un test PCR négatif ne sera plus suffisant pour les non-vaccinés. En outre, dans de nombreux lieux, le port du masque sera requis, comme dans les centres commerciaux. Les contrôles vont en outre être renforcés.

Le maire de Vienne, la capitale, Michael Ludwig, a plaidé pour des règles uniformes à l'échelle du pays. Alors que les Etats de Burgenland, Salzbourg et Vorarlberg n'ont pas encore fait part de leur intention.

Dimanche, 5,684 infections ont été rapportées en 24 heures. La semaine auparavant, il s'agissait de 3.624.

OCEANIE

Auckland va sortir du confinement

La plus grande ville de Nouvelle-Zélande, Auckland, va assouplir son confinement à partir du 10 novembre, a annoncé lundi la Première ministre Jacinda Ardern. Les 1,7 million d'habitants d'Auckland sont tenus d'observer un confinement strict depuis le 18 aout. Le nombre de cas liés à ce foyer épidémique a désormais atteint 3.510.

La décision a toutefois été prise, en principe, de permettre aux commerces et aux infrastructures publiques de rouvrir mais aussi d'augmenter la limite de 25 personnes autorisées à se rassembler. Cependant cette décision devra être reconfirmée le 8 novembre.

L'annonce survient alors que le pays enregistre son plus grand nombre de cas de Covid-19, avec 162 cas dépistés lundi. Mais la Première ministre a apprécié le fait que 80% de la population d'Auckand est désormais vaccinée. "Grâce au haut taux de vaccination, nous pouvons avancer avec confiance", a-t-elle assuré.

Elle a admis que le pays allait toujours tenter d'écraser les prochains cas de Covid-19 mais que la Nouvelle-Zelande se détachait d'une stratégie d'élimination du virus.

Elle a par ailleurs averti que le nombre de cas allait augmenter mais que ses concitoyens ne devaient pas s'inquiéter: "Nous avons désormais davantage d'outils que quand nous avons démarré", a affirmé M. Ardern.

Avec une population de 5 millions d'habitants, la Nouvelle-Zélande a enregistré en tout 6.200 cas de Covid-19 et 28 morts depuis le début de la pandémie.

Levée des restrictions de voyage en Australie

Lundi 1er novembre marquait la levée du plafond du nombre d'arrivées à l'aéroport de Sydney en Australie et de l'obligation de quarantaine pour les Australiens vaccinés qui souhaitent rentrer dans leur pays. Alors que 14 vols étaient attendus dans la journée, l'aéroport a été marqué par des scènes de retrouvailles émouvantes de proches séparés au cours des 20 mois passés par les restrictions de mouvement liés à la pandémie de coronavirus.

Depuis lundi, les Australiens pleinement vaccinés peuvent accéder au pays sans se soumettre à une quarantaine obligatoire de 14 jours à l'hôtel à leurs frais.

Le plafond de moins de 1.000 passagers autorisés à arriver par semaine à l'aéroport de Sydney, en place depuis mi-2020, a en outre été supprimé.

ASIE

La Thaïlande accueille ses premiers touristes sans quarantaine

Les premiers touristes vaccinés ont atterri lundi matin à Bangkok et sur l'île de Phuket, un espoir de renaissance pour l'industrie touristique thaïlandaise exsangue après un an et demi de verrouillage.

La pandémie de coronavirus a frappé de plein fouet l'économie du royaume, qui dépend beaucoup du tourisme et qui a enregistré l'an dernier ses pires résultats depuis la crise financière asiatique de 1997, avec une baisse de plus de 80% des arrivées de visiteurs internationaux.

A partir de ce lundi, le gouvernement autorise les voyageurs vaccinés en provenance de plus de 60 pays à séjourner en Thaïlande sans effectuer de quarantaine.

L'aéroport Suvarnabhumi de Bangkok et le terminal international de Phuket (sud) ont été les premiers à accueillir les visiteurs dans le cadre de cet assouplissement, avant le reste du pays les jours suivants.

André Winkler, un Allemand de 55 ans, qui avait l'habitude de séjourner six mois de l'année en Thaïlande pendant l'hiver, n'était pas revenu depuis le début de la crise. "Je suis ravi de retrouver le pays, les Thaïlandais, la nourriture", s'exclame-t-il après avoir franchi sans encombre l'immigration à Suvarnabhumi.

Mélanie, une travailleuse sociale venue de Zurich, va elle s'entraîner à la boxe thaï à Phuket. "On va aussi se reposer. Il fait 10 degrés en Suisse en ce moment".

À la veille de la réouverture, les vendeurs de plage de la station balnéaire attendaient avec impatience l'afflux prévu.

Avant la pandémie, Dit pouvait gagner 150 dollars par jour en louant des chaises longues et en vendant des jus de fruits. Fermé plusieurs mois, son commerce vient de rouvrir mais ne génère que 30 dollars par jour.

"Nous avons dû utiliser nos économies, cultiver des légumes, pêcher des poissons pour survivre".

Cette réouverture "sera meilleure que les petits chiffres touristiques du +bac à sable+, mais nous ne nous attendons pas à ce que toutes les chaises longues soient remplies tout de suite".

Le "bac à sable" est le nom donné au programme pilote qui a permis à Phuket de rouvrir en juillet dernier aux touristes vaccinés à la condition de rester sur l'île deux semaines avant de pouvoir se rendre ailleurs en Thaïlande.

Mais cela a attiré à peine 60.000 visiteurs en quatre mois, une goutte d'eau.

Disneyland fermé à Shanghai après un cas de Covid

Disneyland était fermé lundi à Shanghai après la détection d'un seul cas de Covid chez une personne ayant visité le parc de loisirs, alors que les autorités chinoises cherchent à enrayer une flambée épidémique limitée. Premier pays touché par le coronavirus dès la fin 2019, la Chine est également le premier pays à avoir largement maîtrisé l'épidémie dès le printemps 2020, après l'adoption de mesures très restrictives, dont la quasi-fermeture des frontières.

Les autorités continuent à suivre une politique de zéro contamination, encore renforcée à l'approche des Jeux olympiques d'hiver à Pékin en février prochain.

Le géant asiatique est sur les dents depuis la réapparition de cas de Covid fin octobre dans le nord du pays, y compris dans la capitale: 92 cas ont été signalés lundi pour les dernières 24 heures, soit le bilan le plus élevé depuis la mi-septembre.

Dans ce contexte, le parc Disneyland de Shanghai, ouvert en 2016, a dû fermer ses portes après la découverte d'un cas positif chez une ancienne visiteuse, lors de son retour dans une province voisine de Shanghai.

La date de réouverture n'a pas été précisée.

Dès dimanche, le parc a procédé au dépistage de son personnel et de ses visiteurs. Près de 34.000 personnes avaient fait l'objet d'un test à compter de lundi matin, a annoncé la mairie de Shanghai.

Quelque 6 millions de Chinois au total sont actuellement placés en confinement du fait de la dernière flambée épidémique, la plupart dans la grande ville de Lanzhou, à 1.200 km à l'ouest de Pékin.

L'Indonésie premier pays à autoriser le vaccin anti-Covid de Novavax

Un premier pays, l'Indonésie, a autorisé le vaccin de Novavax contre le Covid-19, a annoncé lundi l'entreprise américaine. Il sera produit par le Serum Institute of India (SII) et commercialisé sous le nom de Covovax.

Ce vaccin utilise une technologie différente de celles employées pour les vaccins déjà largement autorisés dans le monde. C'est un vaccin dit "sous-unitaire", à base de protéines qui déclenchent une réponse immunitaire, sans virus.

Il peut être stocké à une température d'entre 2 et 8°C, ce qui pourra faciliter sa distribution, notamment dans les pays moins développés.

"Cette première autorisation du vaccin de Novavax contre le Covid-19 illustre notre engagement à un accès mondial équitable, et va remplir un besoin vital pour l'Indonésie, qui bien qu'elle soit la quatrième nation la plus peuplée du monde, continue à travailler pour fournir assez de vaccins à sa population", a déclaré dans un communiqué Stanley Erck, le PDG de l'entreprise.

Les premières livraisons doivent commencer "immédiatement", ajoute le communiqué.

Novavax a également annoncé lundi avoir déposé une demande d'autorisation auprès de l'Agence européenne des médicaments (EMA) et au Canada.

Des demandes sont par ailleurs en cours d'étude au Royaume-Uni, en Australie, et une autre a également été déposée auprès de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Novavax a en outre précisé lundi prévoir de déposer une demande aux Etats-Unis "d'ici la fin de l'année".

En juin, l'entreprise avait présenté les résultats d'essais cliniques sur quelque 30.000 personnes aux Etats-Unis et au Mexique, qui ont montré une efficacité de 90,4% contre la maladie, et de 100% contre les cas graves à modérés.

L'Indonésie a été durement touchée par la pandémie de Covid-19. Jakarta avait imposé des restrictions strictes dans les régions les plus touchées en fermant les entreprises non essentielles et limitant drastiquement les déplacements.

La situation s'est depuis améliorée, et le pays a accéléré sa campagne de vaccination. Mais la tâche reste énorme dans l'archipel de plus de 270 millions d'habitants.