Mauvais étiquetage, suivi des patients dysfonctionnel, température de conservation non respectée: des essais sur le vaccin Pfizer auraient été mal menés

Un article du British Medical Journal (BMJ) publié ce mardi 2 novembre dévoile de nombreux manquements dont se serait rendu coupable Ventavia, un sous-traitant du groupe pharmaceutique Pfizer. Ce laboratoire était chargé de mener une partie des essais cliniques du vaccin contre le coronavirus en 2020.

Mauvais étiquetage, suivi des patients dysfonctionnel, température de conservation non respectée: des essais sur le vaccin Pfizer auraient été mal menés
©AFP

Brook Jackson est la source principale de cet article du BMJ. Il s'agit d'une ancienne employée de Ventavia, le groupe suspecté. Elle aurait été témoin de manquements durant les deux semaines pendant lesquelles elle aurait travaillé sur les essais du vaccin avant d'être licenciée le jour-même où elle aurait averti l'organisme américain Food and Drug Administration (FDA). Cette dernière n'aurait pas donné de suite à son signalement.

Dans ses accusations, il est notamment question de problème d'étiquetage ce qui aurait court-circuité l'attribution en double aveugle du vaccin. D'après Brook Jackson, personne ne savait s'il s'agissait du placebo ou de l'actuel produit. D'autres éléments sont évoqués comme la température de conservation non respectée ou le suivi des patients qui n'aurait pas été optimal, entre autres, à propos des effets secondaires.

Une autre source anonyme fait également écho d'un audit qui aurait été dépêché par Pfizer une fois informé de "problèmes" dans le déroulement des tests de Ventavia.

L'efficacité du vaccin Pfizer est-elle remise en cause ?

De nombreux internautes, parmi lesquels certains complotistes ou antivax, n'ont pas tardé à s'emparer de cette affaire. Le #PfizerGate est d'ailleurs l'un des hashtags les plus utilisés ces dernières heures sur le réseau social Twitter. Pourtant, si ces accusations à l'encontre de Vantavia s'avèrent, elles ne concerneraient qu'une infime parte des tests réalisés. Le laboratoire a en effet évalué un millier de tests sur environ 44.000 au total à travers le monde. Les résultats des essais ont témoigné de l'efficacité du vaccin Pfizer/BioNTech et ont conduit à sa mise sur le marché. A priori, il n'y a donc aucune raison de remettre en cause sa fiabilité.

Contactée par l'AFP, la FDA s'est abstenue de tout commentaire mais a assuré "sa pleine confiance dans les données qui ont conduit à soutenir l'autorisation du vaccin". De leur côté, Pfizer et Ventavia n'ont pas souhaité réagir dans l'immédiat.