L'OMS pour une vaccination plus ciblée alors que les cas flambent en Europe

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a appelé vendredi à des efforts de vaccination plus ciblés pour s'assurer que les publics vulnérables reçoivent des injections, à l'heure où les contaminations de Covid-19 flambent de nouveau en Europe.

L'OMS pour une vaccination plus ciblée alors que les cas flambent en Europe
©AFP
Belga

Selon l'OMS, presque deux millions de cas de coronavirus ont été enregistrés la semaine dernière en Europe, faisant à nouveau du continent l'épicentre de la pandémie.

C'est "le plus grand nombre de cas enregistrés en une seule semaine dans la région depuis le début de la pandémie", a déclaré aux journalistes le patron de l'organisation, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Alors que nombre de pays réimposent des restrictions ou déploient davantage de vaccins et de rappels, il a estimé qu'il fallait surtout veiller à ce que les vaccins soient administrés à ceux en ayant le plus besoin.

"Il ne s'agit pas seulement de savoir combien de personnes sont vaccinées. Il s'agit de savoir qui est vacciné", a déclaré M. Tedros.

"Il est absurde d'administrer des rappels à des adultes en bonne santé ou de vacciner des enfants alors que les personnels de santé, les personnes âgées et d'autres groupes à risque dans le monde attendent toujours leur première dose", a-t-il ajouté.

De nombreux pays offrent actuellement une dose supplémentaire à leur population déjà vaccinée, malgré les demandes répétées de l'OMS en faveur d'un moratoire sur les rappels jusqu'à la fin de l'année afin de fournir des doses aux pays les plus pauvres.

"Chaque jour, il y a six fois plus de rappels administrés dans le monde que de doses primaires dans les pays à faible revenu", a déclaré M. Tedros: "C'est un scandale qui doit cesser".

Michael Ryan, directeur du Programme d'urgence sanitaire de l'OMS, a lui souligné que l'augmentation des cas ne se traduira pas par une forte hausse des hospitalisations et des décès dans les pays ayant une couverture vaccinale élevée.

Les systèmes de santé pourraient cependant rapidement être sous pression si des groupes importants de populations vulnérables restent non vaccinées.

"Si vous vous trouvez actuellement en Europe (...) et que vous faites partie d'un groupe vulnérable à haut risque ou que vous êtes une personne âgée et que vous n'êtes pas vacciné, votre meilleure chance est de vous faire vacciner", a-t-il déclaré.

Il a cité une étude britannique montrant qu'une personne non vaccinée avait 32 fois plus de risques de mourir qu'une personne vaccinée.