Le régulateur européen décidera d'ici "quelques semaines" s'il autorise le comprimé de Merck

Le régulateur européen a déclaré mardi qu'il se prononcerait d'ici quelques semaines sur une demande d'autorisation de mise sur le marché européen de la pilule anti-Covid de Merck, le Molnupiravir, commercialisé sous le nom de Lagevrio.

Le régulateur européen décidera d'ici "quelques semaines" s'il autorise le comprimé de Merck
©AP

"L'EMA a commencé à évaluer une demande d'autorisation de mise sur le marché pour le médicament antiviral oral Lagevrio (Molnupiravir)", a déclaré l'Agence européenne des médicaments (EMA) dans un communiqué.

"L'EMA évaluera les bénéfices et les risques de Lagevrio dans un délai réduit et pourrait émettre un avis dans quelques semaines si les données soumises sont suffisamment solides et complètes pour montrer l'efficacité, l'innocuité et la qualité du médicament", a-t-elle ajouté.

Alors que l'Europe affronte une nouvelle vague de l'épidémie, le régulateur européen a approuvé vendredi l'utilisation en cas d'urgence, soit avant son autorisation formelle au sein de l'UE, de la pilule anti-Covid de Merck, et entamé un examen pour une autorisation similaire de la pilule anti-Covid de Pfizer.

Les deux traitements des géants pharmaceutiques américains sont très attendus, les études indiquant qu'ils réduisent le risque d'hospitalisation et de décès chez les patients à risques.

Bien que le comprimé de Merck n'ait pas encore été approuvé, l'EMA a vendredi émis une recommandation afin que les pays de l'UE puissent individuellement décider de l'utiliser en cas de pic d'infections.

"Si l'EMA conclut que les avantages de Lagevrio l'emportent sur ses risques dans le traitement du COVID 19, elle recommandera (à la Commission européenne) d'accorder une autorisation de mise sur le marché", a déclaré le régulateur, basé à Amsterdam.

La pilule de Merck diminue la capacité du coronavirus à se multiplier en augmentant le nombre de mutations dans son matériel génétique.

Sur le même sujet