Steven Van Gucht n'exclut pas un nouveau tour de vis: "Nous n'avons jamais eu autant de cas, il faut vraiment mettre un frein"

Si l'expert reste prudent, il n'exclut pas la mise en place de mesures plus restrictives.

Steven Van Gucht n'exclut pas un nouveau tour de vis: "Nous n'avons jamais eu autant de cas, il faut vraiment mettre un frein"
©Belga
La Rédaction

Actuellement, plus de 650 patients sont hospitalisés aux soins intensifs en raison d'une infection au coronavirus. Il s'agit là du nombre d'admissions le plus élevé depuis le 12 mai. La courbe des nouvelles infections poursuit donc son ascension fulgurante. Une situation qui inquiète Steven van Gucht. "Je le cherche tous les jours, mais je ne vois pas encore de signe de ralentissement. Le nombre d'infections s'est même quelque peu accéléré", explique le virologue à nos confrères du Het Laatste Nieuws.

Un constat qui interroge alors que l'efficacité des nouvelles mesures prises par le Comité de concertation n'est pas attendu avant plusieurs jours au moins. Tout comme Jan Jambon, Steven Van Gucht conseille d'attendre de pouvoir observer les effets des nouvelles restrictions. À ce jour, il est trop tôt pour se prononcer. "Nous espérons que les gens limiteront spontanément leurs contacts. Je pense que tout le monde est plus conscient des risques aujourd'hui", poursuit-il.

Si l'expert reste prudent, il n'exclut pas un nouveau tour de vis. "Nous avons maintenant une ligne de défense supplémentaire avec le vaccin, mais en même temps nous n'avons jamais eu autant de cas qu'aujourd'hui, surtout en Flandre. Il faut vraiment mettre un frein. Je n'aime pas utiliser le mot confinement si rapidement. Mais nous pourrions temporairement suspendre certaines activités à risque. Il n'y a pas que la vie nocturne et les écoles qui posent problème. Le virus est partout et nous devons essayer de le ralentir", a conclu Steven Van Gucht.

Retrouvez les derniers chiffres de la pandémie de Covid en Belgique

Sur le même sujet