Coronavirus dans le monde: le Brésil annonce deux cas du variant Omicron, les premiers en Amérique latine

Nouvelles mesures, nouveaux bilans et faits marquants: un point sur les dernières évolutions de la pandémie de Covid-19 dans le monde.

AFP

Omicron présente "un risque très élevé"

Le nouveau variant Omicron du coronavirus présente "un risque très élevé" au niveau mondial, a prévenu lundi l'Organisation mondiale de la santé.

"Etant donné les mutations qui pourraient conférer un potentiel d'échappement à la réponse immunitaire tout comme possiblement donner un avantage en termes de transmissibilité, la probabilité qu'Omicron se répande au niveau mondial est élevée", selon un document de l'OMS.

Le G7 veut une "action urgente"

Le variant Omicron exige une "action urgente", ont prévenu lundi les ministres de la Santé des pays du G7, à l'issue d'une réunion d'urgence.

"La communauté internationale est confrontée à la menace d'un nouveau variant hautement transmissible du Covid-19, qui nécessite une action urgente", ont estimé les ministres dans un communiqué commun.

Près de 5,2 millions de morts

La pandémie a fait au moins 5.197.718 millions de morts dans le monde depuis fin 2019, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles, lundi à 11h00 GMT.

Les Etats-Unis sont le pays le plus endeuillé, avec 778.232 décès, devant le Brésil (614.376), l'Inde (468.790), le Mexique (293.897) et la Russie (273.964).

L'OMS estime, en prenant en compte la surmortalité directement et indirectement liée au Covid-19, que le bilan de la pandémie dans le monde pourrait être deux à trois fois plus élevé que celui calculé à partir des chiffres officiels.

Pfizer et J&J travaillent sur une version de leur vaccin contre Omicron

Les laboratoires Pfizer et Johnson & Johnson (J&J) ont indiqué lundi avoir, comme Moderna, commencé à travailler sur une nouvelle version de leur vaccin anti-Covid ciblant plus spécifiquement Omicron au cas où les vaccins actuels ne seraient pas suffisamment efficaces contre le nouveau variant.

EUROPE

La Grèce va rendre le vaccin anti-Covid obligatoire pour les plus de 60 ans

Le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis a déclaré mardi que les vaccins contre le coronavirus seraient obligatoires pour les plus de 60 ans, alors qu'il est appelé à mettre en place plus de restrictions pour endiguer la propagation du Covid-19. "Les Grecs âgés de plus de 60 ans doivent prendre rendez-vous pour un premier vaccin d'ici au 16 janvier", a déclaré le Premier ministre dans une déclaration au conseil des ministres.

"Leur vaccination est désormais obligatoire", a-t-il ajouté.

La mesure doit encore être soumise à un vote parlementaire, a-t-il ajouté, mais les législateurs devraient l'approuver.

Plus de 500.000 Grecs âgés de plus de 60 ans refusent toujours la vaccination, arrivant souvent à l'hôpital et "entravant le traitement d'autres maladies graves", a déclaré M. Mitsotakis.

Ceux qui refusent toujours de se faire vacciner devront payer une amende mensuelle de 100 euros, a-t-il ajouté.

"Il s'agit d'une protection, pas d'une punition", a déclaré M. Mitsotakis.

Poutine appelle à une reconnaissance mutuelle des vaccins

Le président russe Vladimir Poutine a exhorté mardi tous les pays à une reconnaissance mutuelle des vaccins contre le nouveau coronavirus, alors qu'un nouveau variant suscite dans le monde l'inquiétude.

"Ce n'est qu'en coordonnant les actions de toute la communauté internationale que nous pourrons lutter efficacement" contre la pandémie, a déclaré M. Poutine, lors d'une allocution à un forum d'investisseurs à Moscou.

Il a notamment cité "la reconnaissance mutuelle des vaccins et des certificats de vaccination" et l'"accessibilité des vaccins pour toutes les régions de la planète".

Ces déclarations interviennent alors que l'annonce la semaine dernière en Afrique du Sud de l'existence d'un nouveau variant du nouveau coronavirus, baptisé Omicron, qui suscite des interrogations sur l'efficacité des vaccins existants.

Lundi, les autorités russes ont annoncé qu'elles planchaient déjà sur une version de son vaccin phare, le Spoutnik V, spécialement conçue pour contrer le variant Omicron.

Annoncé en grande pompe par le président M. Poutine l'an dernier, le Spoutnik V est utilisé par plusieurs dizaines de pays et sa fiabilité a été validée par la prestigieuse revue médicale The Lancet.

Mais, pour l'heure, il n'a été homologué ni par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), ni par les autorités médicales de l'Union européenne et des Etats-Unis.

La Russie peine aussi à convaincre sa propre population de l'utiliser, sur fond de large défiance à l'égard des autorités.

Les autorités sanitaires françaises recommandent la vaccination aux 5-11 ans à risque

La Haute autorité de santé (HAS) a recommandé mardi la vaccination anti-Covid 19 aux 5-11 ans présentant un risque de faire une forme grave de la maladie, et attend de nouveaux éléments pour un élargissement éventuel à tous les enfants.

La HAS recommande le vaccin Pfizer/BioNTech aux 5-11 ans "qui présentent un risque de faire une forme grave de la maladie et de décéder" ainsi qu'à "ceux vivant dans l'entourage de personnes immunodéprimées ou vulnérables non protégées par la vaccination". Le régulateur européen avait approuvé le vaccin pour tous les 5-11 ans quelques jours plus tôt.

Un cas positif identifié sur l'île française de La Réunion

Un cas positif au variant Omicron du coronavirus, qui se répand à travers le monde, a été identifié sur l'île française de La Réunion, a annoncé mardi un chercheur de l'Unité mixte de recherche processus infectieux en milieu insulaire tropical (PIMIT). Il s'agirait du premier cas positif identifié en France. Cette nouvelle souche se propage désormais de l'Afrique au Pacifique, du Canada à l'Italie, en passant par la Belgique, les Pays-Bas, l'Allemagne et le Royaume-Uni, où six nouveaux cas ont été confirmés en Ecosse.

Le patient testé positif est "un homme de 53 ans" qui a voyagé au Mozambique et "a fait escale en Afrique du Sud" avant de venir à La Réunion, dans l'océan indien, a précisé le microbiologiste Patrick Mavingui sur les ondes de Réunion la 1ere (Groupe France Télévision).

Placé à l'isolement ainsi que son entourage, "l'homme souffre de douleurs musculaires et de fatigue", a déclaré le scientifique.

La Norvège veut proposer une dose de rappel à tous les adultes d'ici Pâques

La Norvège va proposer une dose de rappel du vaccin anti-Covid à toutes les personnes majeures d'ici à Pâques, a indiqué mardi son Premier ministre, qui a aussi présenté de nouvelles restrictions face au rebond des infections et la menace du variant Omicron. "Nous pouvons éviter un (...) confinement maintenant. Le vaccin protège, la hausse du nombre de vaccinés confère une protection encore meilleure", a déclaré le chef du gouvernement, Jonas Gahr Støre, lors d'une intervention au Parlement.

Arrivé au pouvoir après les élections législatives du 13 septembre, le dirigeant travailliste a annoncé une accélération du rythme des injections de doses de rappel, appelant les municipalités à procéder à 400.000 injections hebdomadaires.

A ce jour, 87,8% de la population adulte en Norvège, pays de 5,4 millions d'habitants, a reçu deux doses de vaccin.

Pour l'heure réservée aux plus de 65 ans, la troisième dose sera ensuite proposée aux plus de 45 ans, puis aux 18-45 ans, l'objectif étant que tous les adultes se soient vu offrir une dose de rappel d'ici à Pâques.

"Le Covid-19 va persister. Pour combien de temps, on ne le sait pas mais nous devons nous préparer à ce qu'il puisse rester longtemps", a souligné M. Støre.

En parallèle de l'accélération du programme de vaccination, le gouvernement a annoncé un durcissement des règles d'isolement pour les personnes atteintes du Covid et de quarantaine pour leur entourage.

Il a aussi émis de nouvelles recommandations, en partie sur l'usage du masque, désormais préconisé dans les transports en commun, taxis, magasins et centres commerciaux où la distanciation n'est pas possible.

La Norvège, qui a instauré vendredi une quarantaine pour les passagers en provenance de huit pays du sud de l'Afrique, n'a pas encore décelé de cas du nouveau variant Omicron, détecté en Afrique du Sud et soupçonné d'être très contagieux.

Jusqu'à présent, 260.920 personnes ont contracté le Covid-19 dans le pays scandinave et 1.050 en sont mortes.

AFRIQUE:

L'isolement de l'Afrique australe

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, s'est dit lundi "très préoccupé" par l'isolement de l'Afrique australe, visée par des mesures de restriction de voyages en réaction au nouveau variant Omicron.

"Le peuple africain ne peut pas être tenu responsable du niveau immoralement bas des vaccins disponibles en Afrique, et ne devrait pas être pénalisé pour avoir identifié et partagé des informations scientifiques et sanitaires essentielles avec le monde", a-t-il dénoncé.

Afrique du Sud: vers une hausse exponentielle des contaminations

L'Afrique du Sud, où a d'abord été détecté le nouveau variant Omicron, devrait passer les 10.000 contaminations quotidiennes de Covid d'ici la fin de la semaine, a mis en garde lundi l'épidémiologiste sud-africain Salim Abdool Karim.

Quelque 2.800 nouveaux cas ont été enregistrés dimanche dans ce pays, contre seulement 500 la semaine précédente et 275 auparavant.

Maroc: vols spéciaux pour rapatrier en France les personnes bloquées

Des vols spéciaux sont organisés pour rapatrier en France les personnes bloquées au Maroc après la fermeture dimanche soir des frontières aériennes en raison de la propagation rapide du nouveau variant Omicron du Covid-19, a-t-on appris lundi de source diplomatique française.

AMERIQUE:

Le Brésil annonce deux cas du variant Omicron, les premiers en Amérique latine

Le gouvernement de Sao Paulo, dans le sud du Brésil, a annoncé mardi deux cas du nouveau variant Omicron, les premiers dans ce pays et en Amérique latine, chez des voyageurs en provenance d'Afrique du Sud.

"Le secrétariat d'Etat à la Santé de Sao Paulo a confirmé mardi les deux premiers cas importés du nouveau variant Omicron du nouveau coronavirus (SARS-CoV-2) au Brésil. La confirmation a été faite après le séquençage génétique", a déclaré le gouvernement de Sao Paulo dans un communiqué.

Biden: "pas de raison de paniquer"

Le président américain Joe Biden a estimé lundi qu'il n'y avait "pas de raison de paniquer" face à la propagation du variant Omicron, tout en appelant les Américains à se faire vacciner et à recevoir leurs doses de rappel.

Il a précisé qu'il "n'anticipait pas à ce stade" de nouvelles restrictions aux voyages internationaux, ni de mesures de confinement aux Etats-Unis.

Le Chili suspend l'ouverture de ses frontières

Le gouvernement chilien a annoncé lundi suspendre l'ouverture de trois postes-frontières terrestres prévue mercredi en raison du variant Omicron du coronavirus, ainsi que l'interdiction d'entrée dans le pays des personnes en provenance de sept pays africains.

ASIE:

Émirats arabes unis: 100% de la population vaccinée avec au moins une dose

Les Émirats arabes unis (EAU) indiquent être le premier pays au monde à avoir vacciné au moins une fois 100% de sa population contre le coronavirus. Environ 90% des résidents du pays de la péninsule arabique (travailleurs étrangers compris) ont reçu les deux doses de vaccin, précise l'autorité nationale de gestion des crises NCEMA. Selon les données de l'Université Johns Hopkins aux États-Unis, cela fait également de l'État du Golfe le leader mondial de la vaccination complète.

Au total, le pays a administré près de 22 millions de doses à ses près de 10 millions d'habitants, a tweeté lundi la NCEMA. Le pays fournit déjà des injections de rappel.

Les Émirats arabes unis enregistrent actuellement un nombre à deux chiffres de nouvelles infections chaque jour. La semaine dernière, deux personnes sont décédées des suites du virus.

# Belga context

L'Australie instaure une "pause" dans la réouverture de ses frontières

L'Australie a confirmé lundi que la réouverture prévue de ses frontières mercredi pour les personnes vaccinées et détenant un visa, comme de travail ou d'étudiant, allait être repoussée de deux semaines en raison du variant Omicron du coronavirus, "La commission de sécurité nationale a pris la décision nécessaire et temporaire de suspendre les prochaines étapes de la réouverture sûre de l'Australie pour la cohorte de migrants qualifiés et étudiants de même que pour les travailleurs humanitaires, les vacanciers et les détenteurs d'un visa familial provisoire du 1er décembre au 15 décembre", a annoncé le gouvernement dans une déclaration lundi soir.

La réouverture des frontières prévue pour les voyageurs du Japon et de Corée du Sud est suspendue jusqu'au 15 décembre.

Cette "pause temporaire" devrait offrir au pays le temps de "recueillir les informations nécessaires pour mieux comprendre le variant Omicron", selon le gouvernement.

Les frontières internationales de l'Australie ont été fermées à tous sauf pour les citoyens et résidents permanents, à quelques exceptions près, depuis mars 2020, avec des plafonds d'arrivées très stricts depuis juillet 2020.

Mais ces restrictions venaient tout juste d'être assouplies, avec l'abandon de la quarantaine en hôtel médicalisé pour les citoyens, résidents permanents et membres immédiat de leur famille vaccinées dans les Etats de Nouvelles-Galles du Sud, du Victoria et de la capitale Canberra.

La Chine promet un milliard de doses de vaccin à l'Afrique

Le président chinois Xi Jinping a promis lundi un milliard de doses de vaccins anti-Covid à l'Afrique, sous la forme de dons ou de soutien à la production locale, afin de combler le "vide vaccinal" accusé par le continent.