Variant Omicron : un hôpital d'Afrique du Sud dresse un premier bilan positif, mais souligne un problème

Quel est le profil des patients hospitalisés à cause du variant Omicron ? Le rapport d'un hôpital de Pretoria, en Afrique du Sud, dresse un premier bilan.

Variant Omicron : un hôpital d'Afrique du Sud dresse un premier bilan positif, mais souligne un problème
©BELGA/AFP

Au début du mois de décembre, 42 patients atteints du coronavirus étaient hospitalisés dans l'établissement situé à l'épicentre de l'épidémie du variant Omicron. Seuls 9 d'entre eux avaient besoin d'un apport en oxygène en raison des complications liées au coronavirus, tandis que 29 personnes testées positives ne présentaient pas de symptômes et étaient hospitalisées pour d'autres raisons. Quatre personnes ont dû être admises aux soins intensifs et parmi elles, seule une était vaccinée. Cette personne était atteinte d'une maladie pulmonaire obstructive chronique.

Le statut vaccinal des patients a également été donné par l'hôpital. Sur 38 adultes au sein du service, 6 étaient vaccinés et 24 ne l'étaient pas. Les 8 autres n'avaient pas de statut vaccinal connu. Aucun patient vacciné n'a eu besoin d'oxygène.

Différent des autres vagues

Des chiffres bien différents de ce que l'hôpital avait pu connaître lors des vagues précédentes, pointe le rapport. "C'est un tableau qui n'a pas été observé lors des vagues précédentes", peut-on lire dans le document. "Le service COVID était reconnaissable (ndlr; pendant les premières vagues) au fait que la majorité des patients étaient sous une forme ou une autre de supplémentation en oxygène, avec le son incessant des machines à oxygène ou les alarmes des ventilateurs".

Et le profil des patients hospitalisés était également très différent. Près de 80% d'entre eux avaient moins de 50 ans, dont 19% étaient âgés de 0 à 9 ans. Le groupe le plus gravement touché est celui des 30 à 39 ans, qui représente à lui seul 28% du nombre d'admissions. Selon les autorités locales, ce phénomène pourrait être expliqué par le fait que les personnes âgées sont plus largement vaccinées que les jeunes.

Bonne nouvelle, mais...

Si ces premières conclusions sont une bonne nouvelle, l'hôpital met en garde sur un point. Le rythme auquel les contaminations augmentent inquiète les médecins de l'établissement, qui craignent d'être submergés. Dans la province, le nombre moyen d'admissions de patients atteints par le coronavirus est cinq fois plus élevé que lors de la période où la croissance était la plus rapide avec le variant Delta.

Rappelons également que les chiffres spécifiques à l'Afrique du Sud ne peuvent être appliqués à l'Europe. La population du pays est beaucoup plus jeune que la nôtre. De plus, seul un quart de la population a été vacciné, même si l'on pense que la majorité de la population a déjà été infectée.

Sur le même sujet