Coronavirus dans le monde: nouveaux records de contaminations en France et au Royaume-Uni, les Pays-Bas durcissent certaines règles

Le point sur la pandémie dans le monde.

Coronavirus dans le monde: nouveaux records de contaminations en France et au Royaume-Uni, les Pays-Bas durcissent certaines règles
©AFP
Belga

Europe

Nouveau record de contaminations en France

Record également au Royaume-Uni

Le pays, l'un des plus touchés en Europe par la pandémie, a recensé 137 morts supplémentaires en 24H - pour arriver à un total de 147.857 - mais aussi 1.171 hospitalisations, marquant une accélération alors que cette donnée, très surveillée, restait pour l'heure peu changée.

Les Pays-Bas durcissent les règles de quarantaine pour tous les contacts étroits

Tous les contacts étroits d'une personne infectée aux Pays-Bas doivent à nouveau observer une quarantaine, même s'ils ont été vaccinés ou ont déjà contracté une infection au coronavirus. L'Institut de santé publique néerlandais (RIVM) a en effet confirmé vendredi un durcissement des règles sanitaires en raison de l'arrivée du variant Omicron qui semble plus contagieux. Les membres d'un même foyer ainsi que tous les contacts étroits (d'une personne infectée, ndlr.) doivent désormais observer une quarantaine de dix jours. Toute personne ayant été en contact plus de 15 minutes et à moins de 1,5 mètre est également considérée comme un contact rapproché. Cette quarantaine peut toutefois toujours s'achever au bout de cinq jours en cas de test négatif. Ces règles s'appliquent aussi aux enfants de 0 à 4 ans qui échappaient jusqu'à présent à cette directive.

Cette nouvelle directive s'applique également aux personnes qui ont déjà reçu leur dose de rappel, même si cette dernière devrait offrir une meilleure protection face au variant Omicron, a précisé le porte-parole du RIVM vendredi.

Les nouvelles règles stipulent également que les membres d'un même foyer et les contacts étroits ne sont pas autorisés à rejoindre de grands groupes pendant dix jours après le dernier contact et qu'ils doivent éviter les personnes vulnérables.

Jusqu'à présent, seuls les contacts étroits non vaccinés et tous les proches des personnes atteintes d'une infection devaient être mis en quarantaine aux Pays-Bas.

Amérique

Le Chili administrera une 4e dose de vaccin à partir de février

Le Chili administrera à partir de février une quatrième dose de vaccin contre le coronavirus, en commençant par les catégories à risque avant d'étendre la mesure au reste de la population, a annoncé le président Sebastian Piñera. "La principale préoccupation et la priorité est de protéger la vie et la santé de nos compatriotes", a-t-il déclaré jeudi lors d'un événement marquant le premier anniversaire du lancement par le Chili de sa campagne de vaccination contre le Covid-19.

Les premiers à recevoir la piqûre de rappel seront les travailleurs de la santé, les personnes âgées et les personnes atteintes de maladies chroniques.

Le pays dispose déjà des doses requises, a assuré M. Piñera.

Le ministre de la Santé, Enrique Paris, a justifié cette décision en affirmant que des études locales "montrent réellement qu'il y a une baisse du taux d'anticorps" qui combattent le virus six mois après la dernière dose.

Au moins 16,5 millions des 19,2 millions de Chiliens ont un schéma vaccinal complet de deux doses, soit plus de 86% de la population.

Le pays a comptabilisé 1,7 million de cas et 38.954 décès, dont 54 au cours des dernières 24 heures.

Depuis début décembre, la campagne de vaccination a été étendue aux enfants dès l'âge de trois ans.

Au moins deux autres pays, Israël et le Brésil, ont annoncé des campagnes visant à administrer une quatrième dose de vaccin à leur population immunodéprimée.

Les Etats-Unis vont rouvrir leurs frontières aux voyageurs de huit pays africains

Les Etats-Unis lèveront le 31 décembre, après un peu plus d'un mois, les restrictions aux voyages pesant sur huit pays africains, qui avaient été imposées pour ralentir la propagation du variant Omicron, a fait savoir vendredi sur Twitter un porte-parole de la Maison Blanche. L'arrivée sur le sol américain est actuellement interdite aux personnes venant d'Afrique du Sud, du Botswana, du Zimbabwe, de Namibie, du Lesotho, d'Eswatini, du Mozambique et du Malawi, une décision qui avait été annoncée le 26 novembre "par excès de précaution", a rappelé la Maison Blanche.

L'exécutif américain assure, dans un communiqué transmis par un haut responsable de la Maison Blanche, que "deux raisons essentielles" l'ont décidé à lever les restrictions.

D'abord, le constat que les "vaccins actuels protègent efficacement contre une forme grave (du Covid-19) liée à Omicron, surtout après une dose de rappel".

Ensuite, le fait que "des voyageurs internationaux venus de ces pays n'auront pas d'impact significatif sur le nombre de cas aux Etats-Unis", maintenant que le variant Omicron est largement présent dans le pays.

La mise en place puis le maintien de ces restrictions aux voyages, pesant seulement sur l'Afrique australe alors que le nouveau variant se répandait à grande vitesse dans le monde entier, ont valu de nombreuses critiques à l'administration Biden.

Afrique

L'Afrique du Sud met fin au traçage des cas contact

L'Afrique du Sud a décidé de mettre fin au traçage des cas contact de personnes testées positives au Covid-19, estimant que la majorité de la population a déjà été en contact avec le virus. "Le traçage de cas contact va être arrêté, avec effet immédiat, sauf dans le cas de clusters ou de cas positifs dans des lieux fermés", comme les écoles, prisons, maisons de retraite ou grands rassemblements, selon une circulaire de la direction générale de la Santé envoyée jeudi soir aux responsables provinciaux. Ces personnes contact devront surveiller l'apparition de fièvre ou de symptômes et dans ce cas seulement aller se faire tester, recommande le gouvernement. Et pendant cinq à sept jours, éviter les lieux bondés, s'assurer de porter un masque et respecter la distanciation de façon plus systématique.

"La proportion des gens ayant développé une immunité, soit par infection soit par vaccination, est forte", constate l'autorité sanitaire.

Le nombre d'asymtomatiques est élevé et seulement une proportion faible d'infections est confirmée par des tests dans le pays, ajoute la circulaire.

Les cas contact ne sont plus tenus de se faire tester sauf s'ils commencent à développer des symptômes, en revanche les cas positifs doivent s'isoler dix jours, précise encore cette circulaire. A l'issue de ces dix jours, ils n'auront plus besoin de se faire tester, et pourront reprendre une activité normale, estime la circulaire.

L'Afrique du Sud est officiellement le pays le plus touché du continent, avec près de 3,4 millions de cas positifs testés, sur une population totale de 59 millions, et plus de 90.000 morts.