Le patron de Pfizer estime un retour à la vie normale "au printemps": "Cette vague sera peut-être la dernière avec autant de restrictions"

Albert Bourla, directeur général de Pfizer, s'est exprimé dans les médias français sur l'épidémie de coronavirus.

Le patron de Pfizer estime un retour à la vie normale "au printemps": "Cette vague sera peut-être la dernière avec autant de restrictions"
©AP

Alors que plusieurs voix scientifiques et politiques clament que cette 5e vague de coronavirus sera peut-être la dernière, "le scénario le plus probable c'est que le virus va continuer de circuler pendant de nombreuses années", a averti Albert Bourla, le patron de Pfizer sur BFMTV. "Mais le plus important c'est de pouvoir revenir à notre vie d'avant. Grace aux outils créés par la science, je suis convaincu que cette vague sera peut-être la dernière avec autant de restrictions", a-t-il assuré. Dans un entretien au Figaro, il a aussi précisé que nous étions "bien placés" pour un retour à la vie normale "au printemps".

Selon plusieurs études, les vaccins actuels seraient moins efficaces face à Omicron, réputé plus contagieux. "Nous ne voulons pas nous laisser dépasser par le virus", a déclaré le patron de la firme pharmaceutique. "Nous travaillons sur une nouvelle version du vaccin qui permettra de couvrir les anciens variants et Omicron". Une étude de l'agence sanitaire britannique, datant de fin décembre, a estimé que trois doses de vaccin réalisées uniquement avec Pfizer-BioNTech confèrent une protection de 70% contre les formes symptomatiques d'Omicron. Mais cette protection chuterait assez rapidement, jusqu'à 45 % au bout de 10 semaines.

"Pour moi, il est important d'avoir trois doses. Puis une dose par an, sauf pour les personnes immunodéprimées qui pourraient se faire vacciner tous les trimestres. Nous aurons les données sur la quatrième dose en mars, en même tant que celles sur un nouveau vaccin", a indiqué Albert Bourla au micro de BFMTV.

Pfizer développe également un traitement antiviral à destination des personnes malades, afin de réduire le risque de décès ou les formes graves de la maladie. Le Paxlovid "est en phase de finalisation", a fait savoir Albert Bourla. "Il arrivera fin janvier dans les pharmacies françaises", a-t-il affirmé dans le Figaro.

Sur le même sujet