Les jeunes se ruent sur les stimulants et sédatifs, pour raisons non-médicales

De plus en plus de jeunes utilisent des médicaments sans ordonnances à des fins non médicales, stimulantes ou récréatives.

Ponciau Sébastien
Side,View,Portrait,Of,A,Doubtful,Man,Holding,A,Lot
©Shutterstock
Une étude menée par l’Université de Gand, la Haute école VIVES et l’Université Saint-Louis-Bruxelles se penche sur l’usage non médical, sans ordonnance ou utilisé différemment de ce qui est prescrit, de médicaments psychoactifs chez les jeunes adultes (18-29 ans)....

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité