Le parlement de Wallonie donne des pistes pour une meilleure prise en charge de l’endométriose

Caractérisée entre autres par des règles douloureuses, l’endométriose touche une femme sur dix. Son diagnostic reste parfois difficile. Adoptée à l’unanimité mardi au Parlement de Wallonie, une résolution vise à améliorer la sensibilisation, la prévention et la recherche sur cette maladie gynécologique.

Female,Doctor,Touches,Virtual,Uterus,In,Hand.,Blurred,Photo,,Handrawn
©Shutterstock
L’endométriose a beau toucher plus d’une femme sur dix d’après les estimations, cette maladie - qui se caractérise notamment par des douleurs aiguës lors des menstruations et des rapports sexuels - ne bénéficie toujours pas dans notre pays d’un diagnostic et d’une prise en charge optimaux. Si les médecins ne partagent pas tous nécessairement ce point de vue, c’est en tout cas l’avis de députés francophones...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité