L'ECDC appelle les pays à agir rapidement pour stopper la transmission de la variole du singe

Ce lundi, l'ECDC a publié une évaluation des risques et a appelé les pays à se concentrer sur l'identification rapide, le traitement, le suivi, la recherche des contacts et la notification des cas de variole du singe.

AFP

Le centre européen de contrôle des maladies (ECDC) a fait état de 67 cas de varioles du singe à travers huit Etats membres de l'Union européenne. L'institution européenne appelle les Etats à vite réagir. Elle conseille également aux pays de vérifier la disponibilité des vaccins antivarioliques, des antiviraux et des équipements de protection pour le personnel de santé.

Les 67 cas qui sont connus pour l'instant ont été répertoriés en France, en Allemagne, en Italie, aux Pays-Bas, au Portugal, en Espagne, en Suède et en Belgique (quatre cas). "Les cas de variole du singe actuellement identifiés chez l'homme surviennent principalement chez des hommes ayant des relations sexuelles avec d'autres hommes, ce qui suggère que la transmission peut se produire au cours de relations intimes", a déclaré l'ECDC. L'infection pourrait se produire par un contact étroit aux muqueuses ou aux plaies cutanées avec du matériel infectieux provenant de la variole, ou par "de grosses gouttelettes respiratoires lors d'un contact prolongé en face à face".

Symptômes légers

Le directeur de l'ECDC, Andrea Ammon, souligne que la majorité des cas enregistrés pour l'instant n'étaient accompagnés que de symptômes légers et que la chance de propagation à toute la population est très faible. "Toutefois, le risque de propagation supplémentaire du virus par contact étroit, par exemple lors d'une activité sexuelle entre personnes ayant des partenaires sexuels multiples, est considéré comme élevé."

Chez les jeunes enfants, les femmes enceintes et les personnes immunodéprimées, les symptômes peuvent être plus sévères, prévient l'ECDC. "Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour estimer avec précision la morbidité et la mortalité dans cette épidémie", a ajouté le centre européen de contrôle des maladies

La transmission de la variole du singe "peut être stoppée dans les pays non endémiques", avait affirmé plus tôt dans la journée une haute responsable de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). "C'est une situation qui peut être contrôlée, particulièrement dans les pays où nous voyons cette épidémie se produire en Europe", a déclaré Maria Van Kerkhove, en charge de la lutte contre le Covid-19 à l'OMS mais aussi des maladies émergentes et zoonoses.