La Corée du Sud rapporte un premier cas importé de variole du singe

La Corée du Sud a enregistré mercredi un premier cas importé de variole du singe, devenant le premier pays en Asie de l'Est à identifier la maladie, après une quarantaine de pays dans le monde.

AFP
La Corée du Sud rapporte un premier cas importé de variole du singe
©Shutterstock

Un Sud-Coréen, trentenaire, arrivant d'Allemagne mardi, a eu la confirmation de son infection, selon l'Agence coréenne de prévention et de contrôle des maladies.

Le patient, dont l'identité n'a pas été révélée, présentait de la fièvre le week-end dernier et les symptômes se sont aggravés avec de la fatigue et des éruptions cutanées à son arrivée dans le pays, a déclaré à la presse Peck Kyong-ran, chef de cette agence.

Le patient s'est présenté spontanément aux autorités de l'aéroport et reçoit actuellement un traitement, a ajouté M. Peck.

Ce dernier appelle toute personne présentant des symptômes après une visite dans les pays où la variole du singe est présente à se signaler aux autorités, soulignant qu'il s'agit de "la chose la plus importante pour prévenir la propagation".

Les premiers symptômes de la variole du singe sont habituellement une forte fièvre, des ganglions lymphatiques enflés et des éruptions cutanées semblables à celle de la varicelle. Le virus disparaît généralement au bout de deux ou trois semaines.

Quelques heures avant cette annonce de Séoul, Singapour disait avoir détecté son premier cas importé de cette épidémie.

Le patient, un Britannique de 42 ans, membre d'équipage d'un avion, a été testé positif lundi à la variole du singe.

Le dernier cas de cette maladie détecté dans la cité-Etat datait de 2019.

L'OMS a assuré la semaine dernière que l'Europe demeurait l'épicentre de l'épidémie de variole du singe.

L'organe sanitaire des Nations unies doit tenir jeudi une réunion d'urgence pour discuter d'un classement de cette épidémie mondiale comme une urgence de santé publique de portée internationale.