Quand l’autopsie du fœtus ne peut livrer tous ses secrets

Les cliniques universitaires Saint-Luc développent un projet d’angiographie en post mortem de fœtus. Avec un produit de contraste en première mondiale. Complémentaire à l’autopsie, cette technique d’imagerie médicale permet de mettre en évidence avec précision certaines lésions au niveau vasculaire, pour élucider les causes du décès.

Quand l’autopsie du fœtus ne peut livrer tous ses secrets
©Cliniques universitaires Saint Luc
Les images sont saisissantes de précision et de réalisme. Si ce n'étaient celles d'un fœtus décédé, on pourrait presque dire qu'elles sont "trop belles pour être vraies". En 3D, les os du petit squelette...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité