Comment se débarrasser des tiques? Voici les solutions

Après une accalmie durant les mois les plus chauds, les tiques reprennent du service à la fin de l’été et à l’automne. Des répulsifs permettent de se protéger efficacement. Explications.

Nathalie Belin
Small,Tick,Trying,To,Bite,N,Suck,In,Middle,Of
©Shutterstock

Quelles substances sont efficaces ?

Quatre sont recommandées : DEET, IR3535, icaridine et huile d'Eucalyptus citriodora hydratée cyclisée (connue aussi sous le nom citriodiol), qui est concentrée en PMD, un actif répulsif pouvant aussi être obtenu par synthèse. Ces molécules sont efficaces aussi contre les moustiques, mais un produit testé spécifiquement sur les tiques est préférable. Leur durée de protection est déterminée en laboratoire. Elle reflète mal la protection en condition réelle, souvent réduite par la transpiration ou les frottements, c'est une indication.

Laquelle préférer ?

"Le DEET est la molécule de référence pour se protéger des tiques mais aussi des moustiques", explique la Dr Nathalie Boulanger.

Il est à préférer dans les zones où la densité des tiques est importante. L’IR3535 est utilisable même chez les très jeunes enfants. L’huile d’eucalyptus a pour atout d’être disponible sous différentes formes (spray, roller…), mais elle peut être irritante, déconseillée avant 3 ans et, selon les concentrations, pendant la grossesse.

Faut-il imprégner ses vêtements ?

C’est préférable car ils ne protègent que s’ils sont bien couvrants. Or, les tiques peuvent s’y accrocher et migrer vers la peau nue ! Des répulsifs à base d’IR3535 sont désormais disponibles et peuvent être combinés aux répulsifs cutanés dans les zones à risque. La perméthrine, insecticide répandu dans les sprays vêtements, n’est en revanche plus recommandée car toxique pour l’environnement et pour nous.

Après la balade, inspection générale !

Ces produits ont beau être performants, mieux vaut vérifier l'absence de piqûre. On passe sa main sur tout le corps. Parfois très petite, la tique est souvent nichée où la peau est fine : derrière les oreilles, le cuir chevelu, les aisselles ou le nombril. On la retire avec un tire-tique ou une pince à épiler en la prenant bien à la base et on désinfecte. "On surveille la zone de piqûre un mois afin de contrôler l'absence d'un halo rouge d'au moins 5 cm, première manifestation de la maladie de Lyme", précise la Dr Boulanger.

Comment les utiliser ?

On respecte les précautions d’application. En général, 1 à 2 utilisations par jour, pas plus, en évitant les pulvérisations près du visage pour ne pas inhaler le produit ou irriter les yeux. Si nécessaire, on applique une crème solaire au moins 20 minutes avant le répulsif.