Et si on privilégiait davantage l’IRM pour éviter les irradiations après un cancer du testicule?

Heureusement rares, les cancers testiculaires touchent principalement les hommes jeunes. Ils nécessitent un suivi régulier pour s’assurer de l’absence de métastases. L’imagerie médicale présente ici tout son intérêt.

Heureusement peu fréquent, avec environ 400 cas en 2019 en Belgique (1), le cancer du testicule touche, malheureusement, des hommes jeunes. Le pic d'incidence se situe en effet entre 25 et 35 ans. Même si le cancer testiculaire peut aussi survenir à un âge plus avancé ou chez les enfants,...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité