Comment les scientifiques entendent se pencher sur "la maladie X", un agent pathogène encore inconnu qui pourrait causer une grave pandémie mondiale

L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a indiqué lundi avoir réuni plus de 300 experts pour dresser une nouvelle liste d'agents pathogènes susceptibles de causer des épidémies et des pandémies et étudier les menaces pouvant surgir de virus inconnus.

test coronavirus covid-19 maison repos home age vieux medecin sante soins medecine nasal protection masque gants securite
Les scientifiques se pencheront notamment sur "la maladie X", un agent pathogène encore inconnu qui pourrait causer une grave pandémie mondiale. ©JEAN LUC FLEMAL

L'objectif de l'OMS est de mettre à jour une liste d'agents pathogènes utilisée comme guide pour la recherche et le développement ainsi que pour les investissements, notamment pour la mise au point de vaccins, de tests de dépistage et de traitements.

Dans le cadre de ce processus, qui a démarré vendredi, l'OMS a réuni plus de 300 scientifiques qui doivent étudier les données relatives à plus de 25 familles de virus et bactéries.

Les scientifiques se pencheront notamment sur "la maladie X", un agent pathogène encore inconnu qui pourrait causer une grave pandémie mondiale.

"Cibler les agents pathogènes et les familles de virus prioritaires pour la recherche et le développement de contre-mesures est essentiel pour une réponse rapide et efficace aux épidémies et aux pandémies", a déclaré le responsable des urgences sanitaires à l'OMS Michael Ryan.

"Sans des investissements importants dans la recherche et le développement avant la pandémie de Covid-19, il n'aurait pas été possible de mettre au point des vaccins sûrs et efficaces en un temps record", a-t-il souligné.

Cette liste a été publiée pour la première fois en 2017.

Elle comprend actuellement le Covid-19, le virus Ebola, la fièvre de Lassa, le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS), le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS), les virus Zika et Nipah et la maladie X.

Au cours de leurs travaux, les experts vont déterminer, pour chaque agent pathogène identifié comme étant prioritaire, les lacunes concernant les connaissances et les priorités pour la recherche.

Une feuille de route pour la mise au point de vaccins, traitements et tests de dépistage peut alors être élaborée.

"La liste des agents pathogènes prioritaires est devenue une référence pour la communauté des chercheurs", indiquant "où il faut concentrer les efforts pour gérer la prochaine menace", a expliqué Soumya Swaminathan, responsable scientifique en chef de l'OMS.

La liste révisée des agents pathogènes doit être rendue publique avant avril 2023.

Par ailleurs, l'OMS se prépare à la prochaine session de négociations en vue d'un traité international sur la prévention des pandémies.

Un organe intergouvernemental de négociation travaille à la mise au point d'un accord mondial sur la préparation et la réponse des pays aux futures menaces de pandémies.

Sa prochaine réunion, la troisième, aura lieu à Genève du 5 au 7 décembre.

Cet organe intergouvernemental présentera un rapport sur l'état d'avancement de ses travaux aux pays membres de l'OMS en 2023, le texte définitif devant leur être soumis en vue d'une adoption en 2024.

Un projet de texte doit être examiné à la réunion de décembre.

Le "Panel" pour une convention sur la santé publique mondiale, une coalition de responsables politiques et dans le domaine de la santé, a estimé lundi que ce document n'allait pas assez loin, notamment pour établir les responsabilités et définir clairement les délais et les réponses lors de l'apparition d'une épidémie.

"Une fois qu'une épidémie est détectée, il y a souvent quelques heures critiques pour informer, évaluer et agir pour empêcher la diffusion d'une maladie avant qu'elle ne devienne pratiquement impossible à arrêter", a souligné le panel dans un communiqué.

"Le projet actuel ne va pas assez loin pour définir le niveau d'urgence requis soit pour se préparer à la maladie X ou à des agents pathogènes connus, soit pour réagir au premier stade", selon le panel.

"De décembre 2019 lorsque les informations sur le nouveau coronavirus ont été supprimées, aux nombreux pays qui ont adopté une approche attentiste lorsque des cas de Covid-19 ont été rapportés pour la première fois ... Nous avons vu les conséquenses dévastatrices de l'inaction au début" de l'épidémie, a mis en garde le "Panel".