"La maladie de Charcot, c'est ma vie. C'est l'horreur et un cadeau en même temps"

Heureux époux et papa de trois enfants, Gwenaël Bernard a 30 ans quand on lui diagnostique une sclérose latérale amyotrophique, avec un pronostic de deux à trois ans de survie. Dix ans plus tard, il vient de publier “Charcot ou la vie, il faut choisir” (Ed. L’Harmattan).

C'est un exercice un peu particulier auquel nous avons convié Gwen Bernard. Nous lui avons demandé de terminer...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité