Les dix mesures de prévention pour éviter la bronchiolite au seuil de l’épidémie qui s’annonce en Belgique

Cette maladie respiratoire virale touche les très jeunes enfants mais aussi les personnes âgées et fragilisées. Mieux vaut prévenir…

<p>Une infirmière s'occupe d'un bébé aux urgences pédiatriques de l'hôpital pour enfants Robert-Debré, le 28 octobre 2022 à Paris</p>
L'épidémie de bronchiolite est particulièrement violente cette année en France. ©AFP

Alors qu’une épidémie de bronchiolite sans précédent – particulièrement intense et précoce cette année – sévit depuis plusieurs semaines en France, le seuil épidémique est en passe d’être franchi en Belgique.

Si, à la 46e semaine (du 14 au 20 novembre 2022), le nombre de tests positifs pour le VRS (virus respiratoire syncytial) effectués par les laboratoires vigies était encore sous le seuil épidémique, d’après le dernier rapport hebdomadaire publié par Sciensano, il est en augmentation depuis quelques semaines dans les groupes d’âge 0-4 ans et plus de 65 ans. “Au cours des quatre dernières semaines, le taux de positivité pour le VRS a augmenté dans toutes les surveillances”, note en effet l’Institut de santé publique. En l’occurrence, à raison de 3 % chez les patients ayant consulté leur médecin généraliste pour des symptômes grippaux ou d’autres infections aiguës des voies respiratoires et à hauteur de 24 % chez les patients hospitalisés pour une infection respiratoire aiguë sévère.

Des messages simples de prévention

Le plus souvent causée par le VRS (RSV en anglais) mais aussi parfois par d’autres virus respiratoires, cette infection virale aiguë des voies respiratoires inférieures “mérite toute l’attention et nécessite l’importance de pouvoir bien communiquer au grand public des messages simples de prévention pour protéger les nourrissons contre le RSV, insiste le Dr Dimitri Van der Linden, pédiatre infectiologue aux Cliniques universitaires Saint-Luc. Autant on doit protéger les personnes âgées et fragiles contre le SARS-CoV-2, autant on doit protéger les nourrissons et les personnes fragiles contre le VRS”.

Protéger les nourrissons, mais aussi les plus de 65 ans également concernés, cela passe par des mesures de prévention relativement simples et de bon sens, que le ministère français de la Santé et de la Prévention a résumé en dix mesures que voici :

1. Limiter les visites au cercle des adultes très proches et non malades, pas de bisou ni passage de bras en bras, pas de visite de jeunes enfants aux nourrissons de moins de trois mois.

2. Se laver les mains avant et après contact avec le bébé (notamment au moment du change, de la tétée, du biberon ou du repas).

3. Porter soi-même un masque en cas de rhume, de toux ou de fièvre.

4. Si le reste de la fratrie présente des symptômes d’infection virale, les tenir à l’écart du bébé à la phase aiguë de l’infection.

5. Éviter au maximum les réunions de famille, les lieux très fréquentés et clos comme les supermarchés, les restaurants ou les transports en commun, surtout si l’enfant a moins de trois mois.

6. Aérer quotidiennement le lieu de vie de l’enfant, en particulier la chambre où il dort.

7. Éviter l’entrée en collectivité (crèches, garderies…) avant trois mois, ne pas confier son enfant en collectivité les jours où il présente des symptômes d’infection virale.

8. Prévoir ses premières vaccinations sans retard afin qu’il soit protégé au plus vite des infections sévères de la petite enfance.

9. Être soi-même à jour de ses vaccinations contre la coqueluche, se faire vacciner contre la grippe (idéalement pendant la grossesse en saison épidémique).

10. Laver régulièrement jouets et doudous.

À partir de quels signes faut-il s’inquiéter ?

Quant aux signes qui doivent alerter et amener à consulter, la bronchiolite à VRS débute généralement par un simple rhume ou une rhinopharyngite avec une légère fièvre. Apparaît ensuite progressivement une toux sèche, suivie d’une gêne respiratoire se traduisant par une respiration rapide et sifflante. Il arrive qu’à ce stade de la maladie, l’enfant puisse avoir des difficultés à s’alimenter.

Si la bronchiolite est considérée comme une maladie le plus souvent bénigne, dès qu’apparaissent des difficultés respiratoires et une toux plus importante, il convient de consulter sans tarder. A fortiori si la respiration devient rapide, si le nourrisson est peu tonique et s’il éprouve des difficultés à boire et s’alimenter.