Deux docteurs sur quatre nous ont mis en arrêt maladie à distance, par téléphone. Une faille dans laquelle pourraient s'engouffrer des profiteurs. 

C’est un grand problème qui attend les médecins. Depuis que le Conseil national de l’ordre des médecins a annoncé qu’il serait dorénavant possible de délivrer un certificat médical après une consultation téléphonique, les médecins craignent des abus venant de personnes malhonnêtes. Et ils ont raison! Nous avons fait le test, mercredi.

Nous avons contacté quatre médecins généralistes. Le but de l’expérience? Déterminer avec quelle facilité il était possible de recevoir un certificat médical en expliquant, par téléphone, qu’on présentait des symptômes de fièvre ainsi qu’un peu de toux. Le constat est là, sur les quatre professionnels de la santé contactés, deux d’entre eux ont accepté de nous prescrire un arrêt maladie sur base de la consultation téléphonique.

L’un des deux médecins qui a accédé à notre demande explique pourquoi il a agi ainsi. “Vous ne pouvez pas bouger de chez vous, et nous, on ne peut pas non plus vous recevoir”. Autrement dit, avec les recommandations de confinement en cas d’apparition de symptômes, il n’est pas évident pour un médecin de différencier un faux malade d’un vrai, à distance.

A cela, il faut ajouter la difficulté de l’envoi du certificat. “La manière dont on doit envoyer les certificats n’est pas très claire”, explique l’un des médecins. Ce généraliste a donc proposé de nous l’envoyer... par e-mail. “Mais, à titre exceptionnel”, a-t-il dit, précisant qu’habituellement, un proche doit passer au cabinet médical prendre le précieux sésame. Toujours est--il qu’en un seul coup de fil, on a été mis à l’arrêt jusqu’au 18 mars, soit une quarantaine de... 7 jours seulement. Etonnant.

Mais tous les médecins ne sont pas aussi conciliants. Après avoir entendu les différents symptômes que nous décrivions, l’un des médecins nous a spontanément convoqué à son cabinet. Bravant ainsi les mesures d’isolement demandées par l’Ordre des médecins, il a préféré ne pas poser de diagnostic avant d’avoir pu nous examiner de visu.

Le dernier médecin contacté par nos soins, a lui aussi préféré ne pas rendre de diagnostic au téléphone et nous a renvoyé chez notre médecin de famille habituel.

Au final, nos quatre tentatives se sont soldées par un certificat reçu par mail, une invitation à passer le chercher au cabinet et deux refus.

Comment payer?

Une fois le certificat médical reçu, la question de la rémunération prête à réfléchir. Faut-il payer le médecin après une consultation téléphonique? Pour les deux médecins ayant accepté de délivrer un certificat, la réponse est non. “Il ne faut rien payer”. En plus d’être facile à obtenir, le certificat serait donc gratuit.

Il est donc très compliqué pour les médecins de faire la différence entre une personne vraiment malade et une autre qui simule au téléphone pour espérer obtenir quelques jours de congés supplémentaires. Dans un cas sur deux, nous avons obtenu un certificat médical alors que nous sommes en parfaite santé. Mais attention: c’est un jeu dangereux, qui peut se retourner contre l’abuseur.