“L’iPhone contient des aimants ainsi que des composants et émetteurs qui produisent des champs électromagnétiques. Tous les accessoires MagSafe (vendus séparément) contiennent également des aimants, et les chargeurs MagSafe et MagSafe Duo contiennent des émetteurs. Ces aimants et ces champs électromagnétiques sont susceptibles de gêner le bon fonctionnement des appareils médicaux”, détaille le communiqué.

Cela concerne les aimants se trouvant dans l’iPhone 12, l’iPhone 12 mini, l’iPhone 12 Pro, l’iPhone 12 Pro Max et les accessoires MagSafe (coques et chargeurs sans fil). “Bien que tous les modèles d’iPhone 12 contiennent davantage d’aimants que les modèles d’iPhone précédents, ils ne sont pas censés présenter un plus grand risque d’interférences magnétiques avec ces appareils”, admet Apple.

Etude scientifique

Les appareils médicaux tels que les stimulateurs cardiaques implantés et les défibrillateurs peuvent contenir des capteurs qui réagissent aux aimants et aux émetteurs à proximité, indique Apple. Pour éviter toute interaction potentielle avec ces appareils, l’entreprise recommande de maintenir une distance de sécurité entre son iPhone (et ses accessoires MagSafe) et l’appareil médical, c’est-à-dire “plus de 15 cm ou plus de 30 cm en cas de charge sans fil”.

Ce communiqué de l’entreprise fait en réalité suite à une étude scientifique parue le 4 janvier dans la revue HeartRythm. Selon les résultats de trois cardiologues américains, l’iPhone 12 peut désactiver temporairement un défibrillateur automatique implantable interne (ICD) s’il reste collé à la poitrine de son usager, même à travers une poche en tissu. “Dès que l'iPhone était amené à proximité de l’ICD) au-dessus de la zone de la poitrine, la suspension immédiate des thérapies ICD était observée, ce qui persistait toute la durée du test, notent les trois cardiologues. Ceci a été reproduit à de multiples reprises et avec différentes positions au-dessus de la poche”, écrivent Joshua Greenberg, Mahmoud Altawil et Gurjit Singh, qui évoquent "un important problème de santé publique". Tous les ICD possèdent un “interrupteur” qui répond à un champ magnétique appliqué de façon externe. Quand un aimant externe est appliqué à un défibrillateur, la thérapie par choc électrique pour traiter la tachycardie ventriculaire et la fibrillation ventriculaire est stoppée. Mais jusqu’ici, les études examinant l’impact des smartphones, sans cet ensemble d’aimants, sur les pacemakers avaient conclu à des risques minimaux, ajoutent les trois médecins.

Si le pacemaker arrête de fonctionner, cela peut évidemment être dangereux pour ceux qui en sont vraiment dépendants, entraîner une baisse de la pression arterielle et une probable perte de conscience.

Les cardiologues recommandent déjà la prudence

Dans son communiqué, Apple recommande donc de consulter son médecin et le fabricant de son appareil médical pour obtenir des informations spécifiques sur celui-ci et savoir s’il convient de maintenir une distance de sécurité entre son appareil médical et l’iPhone ou un accessoire MagSafe. Afin d’éviter d’éventuelles interférences, les fabricants fournissent souvent des recommandations pour une utilisation sûre de leurs appareils à proximité de produits sans fil ou magnétiques. “Si vous pensez que votre iPhone ou un accessoire MagSafe interfère avec votre appareil médical, cessez de l’utiliser”, recommande encore Apple.

En réalité, ont déjà expliqué plusieurs cardiologues, les médecins recommandaient déjà la prudence à leurs patients. “Avant cette étude, nous recommandions déjà de conserver le mobile à plus de quinze centimètres d’un pacemaker mais, jusqu’à présent, nous évoquions ce problème de façon rassurante : nous n’avions pas observé de cas concrets. Désormais, nous allons insister sur ce message”, explique ainsi au Monde Vincent Algalarrondo, chargé de l’implantation des stimulateurs cardiaques à l’hôpital Bichat. De son côté, Bruno Schwagten (Hôpital Middelheim à Anvers) conseille par exemple à ses patients, durant une conversation, de tenir le téléphone à l’oreille du côté opposé où se trouve le pacemaker. “Garder une petite distance est absolument suffisant”, a-t-il expliqué à la VRT.