Une recontamination a également été signalée en Belgique. Le patient néerlandais est une personne âgée dont le système immunitaire est détérioré.

"Les infections au virus SRAS-CoV-2 ont toutes une empreinte digitale différente, un code génétique", a expliqué Marion Koopmans. "Les gens peuvent garder quelque chose pendant très longtemps (dans leur organisme) après une infection et excréter un peu d'ARN de temps en temps." C'est le matériel génétique de ces virus.

Pour pouvoir parler officiellement de réinfection, les chercheurs doivent être en mesure de démontrer que les codes de cet ARN sont différents. Ce qui semble être le cas pour les patients de Hong Kong et des Pays-Bas.

Lundi soir, le virologue Marc Van Ranst avait annoncé qu'une recontamination au coronavirus avait également été établie en Belgique. Un patient est en effet retombé malade après trois mois.