L'Autriche avait annoncé au début du mois avoir cessé d'administrer un lot de vaccins produits par AstraZeneca, après le décès d'une infirmière de 49 ans qui a succombé à de "graves troubles de la coagulation" quelques jours après l'avoir reçu. Le Danemark a quant à lui suspendu quelques jours plus tard l'usage de l'ensemble de ses vaccins AstraZeneca "après des rapports de cas graves de formation de caillots sanguins" chez des personnes vaccinées. Dans une enquête préliminaire, l'Agence européenne des médicaments (EMA) a néanmoins souligné qu'il n'existait aucun lien entre le vaccin d'AstraZeneca et le décès survenu en Autriche.

Dans les jours qui ont suivi, l'Islande et la Norvège ont également suspendu les injections du vaccin "par précaution". Plusieurs cas de caillots sanguins chez des adultes vaccinés ont de nouveau été rapportés, mais toujours aucun lien prouvé. La Bulgarie a ensuite emboîté le pas aux pays nordiques et a interrompu temporairement l'inoculation du vaccin anglo-suédois, tout comme l'Irlande et les Pays-Bas, la France, l'Allemagne, l'Espagne, l'Italie, le Portugal, le Luxembourg, la Slovénie et la Lituanie.

L'Agence européenne des médicaments a rappelé mardi qu'il était inévitable d'avoir des incidents graves ou des maladies qui apparaissent après vaccination. L'apparition de caillots sanguins n'est a priori pas plus fréquente parmi les personnes vaccinées que dans le reste de la population, a souligné la directrice de l'EMA Emer Cooke. Le comité d'évaluation des risques dans le cadre de la pharmacovigilance (PRAC) évalue cependant les cas de thromboses qui ont été portés à sa connaissance, afin de déterminer si les incidents rapportés sont une coïncidence ou s'il s'agit d'un réel effet secondaire.

En Belgique, 11 cas d'événements thromboemboliques et d'autres affections liées à des caillots sanguins après une injection du vaccin d'AstraZeneca ont été adressés à l'AFMPS, mais la vaccination se poursuit comme prévu. Selon la task force Vaccination, les avantages du vaccin d'AstraZeneca dans la prévention du Covid-19 l'emportent sur les risques d'effets indésirables. De plus, il n'y a pas de preuve d'une incidence augmentée de phénomène thromboembolique lié à l'administration du vaccin d'AstraZeneca, d'après les experts consultés par le Conseil supérieur de la santé (CSS). L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a en outre recommandé mercredi de continuer "pour le moment" la vaccination avec le sérum anti-Covid d'AstraZeneca.