Développé à l'origine pour les patients souffrant notamment d'insuffisance cardiaque et d'épilepsie, un patch pourrait bientôt s'avérer utile pour suivre à distance les patients atteints de coronavirus. Baptisé Covid-19 smart patch, il a été développé par un consortium de sept entreprises belges.

De quoi s'agit-il?

Concrètement, il s’agit d’un pansement innovant de 15 cm de long, à appliquer sur le thorax (côté gauche), capable de suivre de manière continue, à distance et sans fil la respiration, le pouls et bientôt aussi la température des patients atteints du coronavirus. "Il est équipé d'électrodes et d'encres conductrices de pointe pour enregistrer les fonctions vitales et, bientôt, il comprendra même un mini capteur de température", nous détaille-t-on. Le système pourra transmettre numériquement les valeurs au médecin traitant ou au spécialiste et aura aussi une fonction d'alarme, du type "bouton d'aide" dans les hôpitaux.

Un tensiomètre saturomètre SpO2 peut également être relié au système afin que ces valeurs soient stockées dans le cloud et que le médecin puisse avoir une vision globale.

Grâce à une toute nouvelle matière technologique, le pansement ne doit être changé que tous les cinq jours.

© DR

Comment ça fonctionne?

Au milieu du patch se trouve un "point" qui rassemble les signaux et les transmet sans fil vers le cloud, où sont collectées toutes les données du patient. "Ces dernières sont alors accessibles aux infirmières de la centrale de soins et au médecin traitant ou spécialiste par le biais d'une plateforme conviviale", expliquent les concepteurs.

Le système peut également être relié à un bracelet, compatible avec les systèmes existants, qui fonctionnera comme un "bouton d'aide" à l'hôpital, ce qui mettra le patient en relation avec une centrale de soins. "Un professionnel des soins de santé de cette centrale fait alors une première analyse, fournit les premiers conseils en fonction des données enregistrées et de comment le patient se sent, et peut diriger ce dernier vers l'hôpital. Le bracelet indique en outre l'endroit où se trouve le patient, ce qui est intéressant pour un suivi à l'hôpital ou en maison de repos".

© DR

Quand sera-t-il disponible?

D'ici quelques semaines, les premiers essais cliniques débuteront sur une vingtaine de patients atteints du nouveau coronavirus afin d’être prêt pour pouvoir suivre davantage et mieux les patients, chez eux ou en maison de repos lors d'un nouveau pic possible du virus en automne. S'il s'avère probant, ce système pourrait soulager le personnel soignant dans les hôpitaux et dans les maisons de repos dans leur collecte de données.

"Les fonctions vitales de la plupart des patients atteints du Covid-19 sont actuellement relevées à la main, explique Hans De Clercq, de l'entreprise anversoise Byteflies, un des partenaires. Dans les hôpitaux comme dans les maisons de repos, le personnel soignant en effectue la relève plusieurs fois par jour et traitent ensuite ces données manuellement. Notre système pourrait leur faire gagner énormément de temps et les exposer moins souvent au risque de contamination."

"Nous pourrions équiper 1 000 patients avec ce système d'ici octobre, période à laquelle on peut s'attendre à un nouveau pic possible du virus, ajoute Hans Danneels, cofondateur de Byteflies. À cet égard, nous sommes déjà en contact avec les cabinets du ministre flamand du Bien-être et de la Santé publique Wouter Beke et de la vice-ministre-présidente flamande Hilde Crevits".

Afin de veiller à ce que le système puisse effectivement avoir un impact à court terme sur la crise du coronavirus, un comité consultatif a également été créé.

Qui est à l'origine de l'initiative?

Le concept de ce pansement intelligent a vu le jour grâce à une collaboration entre sept entreprises médicales et technologiques (Byteflies, Melexis, Quad Industries, Televic et Z-Plus ainsi que des divisions belges des multinationales Henkel et Nitto), le département Future Health du centre hospitalier ZOL et l'université d'Hasselt, qui ont associé leur expertise et leurs technologies respectives pour développer ce système innovant.

© DR