C’est une erreur que l’on commet quasi tous. Alors que, comme son nom l’indique, le masque jetable est à usage unique et doit donc être jeté après une seule utilisation, on le dépose sur une table au café ou au restaurant, on le conserve dans sa poche, son sac ou accroché au rétroviseur de la voiture, puis on le réutilise.

Ils sont fragiles

Ces masques sont en fait bien trop fragiles pour supporter un tel traitement. Le coronavirus se propage par les gouttes de salive lorsque vous parlez, éternuez ou toussez. Certains masques offrent une protection complète contre de telles gouttes, mais les masques dits chirurgicaux ne filtrent qu’une partie de ces gouttelettes. En les conservant en poche ou dans son sac et en les utilisant plus de quelques heures, ils perdent rapidement de leur efficacité.

Ils sont rapidement saturés

Les masques buccaux jetables n’arrêtent donc qu’une partie de vos gouttes de salive. Le filtre n’est pas aussi résistant qu’un masque buccal en tissu, ce qui signifie qu’il est également rapidement saturé. Votre masque facial ne peut "stopper" qu’une partie des gouttelettes émises.

Le virus peut survivre 48 heures

On sait aussi que le virus peut survivre jusqu’à 48 heures sur les surfaces. Or, il est impossible de laver un masque jetable pour éliminer toute éventuelle trace du virus qui s’y serait déposée. En le déposant et en le manipulant, vous risquez donc d’être contaminé s’il est infecté.

Il faut bien les conserver

Un masque non porté doit aussi être conservé en sécurité. En disposer quelques-uns au fond de son sac en cas de besoin n’est donc pas recommandé. D’autant plus que ces masques sont très fragiles. Les fibres peuvent se casser et rendre ainsi leur efficacité bien moins importante, même s’il s’agit de masques qui n’ont pas encore été portés.

© DR