Depuis plusieurs années, de nombreuses études démontrent que l'obésité semble augmenter le risque de cancer. Cette nouvelle étude de l'Institut national de la recherche scientifique (INRS) canadien souligne plus précisément une association entre l'obésité abdominale et une forme agressive du cancer de la prostate, relaie Radio Canada.

Selon cette étude, les hommes qui ont été obèses toute leur vie et qui présentent une obésité au niveau de l'abdomen à l'âge adulte semblent plus à risque de développer un cancer de la prostate agressif.

Marie-Élise Parent, la professeure qui a accompagné les travaux du doctorant Éric Vallières, explique au média canadien que l'obésité augmente les niveaux hormonaux. La prostate étant un organe qui est hormonodépendant, une obésité importante pourrait réduire le niveau de testostérone et amener une inflammation chronique. Une inflation qui peut, elle, favoriser le développement de tumeurs dangereuses.

Pour réaliser cette étude, les chercheurs ont questionné près de 2000 hommes - dont certains avaient eu un cancer de la prostate - de la région de Montréal sur leur poids à l'âge adulte, leur tour de taille et la circonférence de leurs hanches. Il ressort que les hommes avec un tour de taille plus important étaient plus à risque d'avoir un cancer de la prostate agressif. Un constat particulièrement marqué chez les personnes qui ont été obèses toute leur vie.

Madame Parent confirme qu'une personne "qui a été obèse toute sa vie et qui en plus, à l'âge adulte, a une obésité qui est nettement abdominale avait un risque accru de cancer de la prostate agressif. Et évidemment, le cancer de la prostate agressif est celui qui nous intéresse le plus au niveau de la prévention parce qu'il est associé à un pronostic plus défavorable."

Les chercheurs tiennent une information importante, car les facteurs de risque sur lesquels on peut influer sont plutôt méconnus pour ce type de cancer.