Parmi les bons élèves en matière de vaccination, le Danemark fait figure de premier de classe. En effet, le pays scandinave a déjà bien avancé dans sa campagne, et à la mi-janvier, le rythme de vaccination dans le pays était trois fois supérieur à la moyenne des 27 pays membres de l'UE. Et les autorités comptent avoir proposé le vaccin à l'ensemble de la population adulte d'ici l'été, début juillet précisément.

En dehors d'une stratégie bien établie, d'une distribution très rapide des vaccins et d'un projet de "passeport vaccinal" numérique, le Danemark a surtout investi énormément dans l'achat de doses de vaccin. Comme tous les pays membres de l'UE, l'État scandinave avait droit à un nombre défini de doses de vaccin en fonction de sa population, qui est de 5,8 millions d'habitants, soit environ la moitié de celle de la Belgique. Cependant, le Danemark a déjà reçu près de trois fois plus de doses par habitant que notre pays.

Comment est-ce possible? Il s'avère que le Danemark aurait récupéré des vaccins que d'autres pays de l'UE ne "voulaient pas". En effet, l'Union européenne a prévu un nombre précis de doses de vaccin par pays membre, mais chaque État décide s'il achète l'ensemble des vaccins prévus pour lui, ou s'il n'en commande qu'une partie. Plusieurs membres de l'UE, notamment la Belgique, n'auraient demandé qu'une partie de leur "package", pour raison budgétaire principalement, et l'excédent a donc été proposé aux autres pays membres.

Comme l'explique De Standaard, le Danemark s'est empressé de se servir dans ces réserves, achetant presque deux fois plus de vaccins qu'initialement envisagé. L'Allemagne, la France ou encore les Pays-Bas ont aussi réclamé une part, mais pas la Belgique. Selon les chiffres de l'Agence fédérale belge des médicaments (AFMPS), le CIM Santé publique, qui gère la quantité de doses à acheter, n'a commandé que la moitié des vaccins négociés par l'Europe pour Moderna et CureVac, par exemple.

Cela s'explique notamment par le coût que représentent ces vaccins. La Belgique ne veut pas gaspiller d'argent ni de doses en en commandant trop. De plus, les moyens déployés pour conserver toutes ces doses, notamment celles des vaccins Moderna et Pfizer, sont assez élevés, ce qui freine également notre pays.

Le ministre de la Santé bruxellois dément

Alain Maron a démenti les informations du Standaard ce 25 février. Selon le ministre bruxellois de la Santé, le Danemark n'aurait pas bénéficié de vaccins non réclamés par la Belgique. Alain Maron affirme que les opt-out concernaient des livraisons du second semestre 2021.