Vous l'aurez peut-être constaté, les chiffres du jour communiqués par Sciensano et relayés par Yves Van Laethem lors de la conférence de presse du SPF Santé publique ont de quoi surprendre. Une moyenne de 1.581 nouveaux cas de coronavirus ont été détectés chaque jour entre le 26 décembre et le 1er janvier. Soit une diminution de 14% par rapport à la période de calcul précédente (du 25 au 31 décembre). Pourtant, lundi, les chiffres faisaient mention de 1.589 cas, soit à peine 8 cas de plus. Comment un si faible écart peut se traduire par une telle différence en pourcentage ?

Nous avons posé la question à Yves Van Laethem. D'après le porte-parole interfédéral, cette nuance s'explique par le fait qu'un jour férié entrait en ligne de compte dans les bases de calcul des chiffres présentés lundi. Ce qui n'est plus le cas aujourd'hui, puisque les données ont été revues. "Une fois qu'un jour férié entre en compte, ça change les choses. On a l'impression que la diminution est plus ou moins forte à cause d'un faux jour durant lequel on ne réalise pas de test et cela biaise les résultats. Dans ce cas-ci, Noël a faussé les chiffres des derniers jours alors que maintenant les chiffres ne comprennent aucun jour de congé."

En effet, Sciensano se base sur une moyenne mobile, à savoir sept jours comprenant toujours le week-end. Mais les jours fériés perturbent ce calcul créant des "fausses semaines", comme l'explique l'infectiologue, et donnant ainsi l'impression que la baisse est moins constante qu'elle ne l'est vraiment. Une situation problématique qui est donc appelée à se reproduire, notamment d'ici quelques jours lorsque le jour de l'an sera pris en compte. Nous voilà prévenus.